Le Gabon veut concrétiser son engagement au programme REDD

© aLibreville

Dans l’optique de devenir un acteur majeur de la lutte contre le réchauffement climatique, le Gabon envisage plusieurs pistes. C’est dans cette optique que Jacques Denis Tsanga ministre des Eaux et Forêts et président en exercice de la conférence ministérielle africaine de l’environnement (CMAE), a reçu mercredi 1er Août le rapport FCPF.

Du 23 au 28 juillet dernier à Addis Abeba en Ethiopie, se tenait l’atelier d’achèvement du fonds de partenariat pour le carbone forestier (FCPF). Voulu et présenté comme un cadre d’échanges et de concertation entre acteurs oeuvrant en faveur de l’initiative internationale et transnationale nommée Réduction des Émissions dues à la Déforestation et à la Dégradation forestière (REDD), la rencontre d’Addis Abeba a permis à la délégation gabonaise de donner son point de vue.

En effet, Nicaise Moulombi secrétaire exécutif du Réseau des Organisations de la Société Civile pour l’Économie Verte en Afrique Centrale (ROSCEVAC) qui a conduit la délégation gabonaise au «toit de l’Afrique», a remis ce 1er Août au  ministre des Eaux et Forêt Jacques Denis Tsanga, le rapport d’activités sur l’atelier d’achèvement du Fonds de partenariat pour le carbone forestier (FCPF).

Ce rapport qui marque la volonté du Gabon d’accentuer son engagement en faveur de ce programme REDD+, souligne également la volonté des différents acteurs d’opérationnaliser les actions visant à offrir des solutions face aux problématiques climatiques. Saluant cette initiative, le ministre a tenu à rappeler que la lutte contre le changement climatique, constituait un défi majeur à relever pour les autorités gabonaises.

Laissez votre commentaire