mercredi,25 novembre 2020
Accueil A La Une Gabon : vers une nouvelle crise de l'emploi dans le secteur pétrolier

Gabon : vers une nouvelle crise de l’emploi dans le secteur pétrolier

Si l’effet immédiat du Covid-19 pour le secteur des hydrocarbures a été d’abord senti sur la demande de pétrole brut et sur ses prix, aujourd’hui, il semble évident qu’il aura également un impact prononcé sur les emplois. Ainsi, comme l’a souligné NJ Ayuk, président de la Chambre africaine de l’énergie et lobbyiste de l’industrie pétrolière, « des milliers d’Africains et d’expatriés vont être licenciés dans les pays producteurs de pétrole alors que les entreprises ferment leurs plates-formes de forage et les projets prévus ».

En effet, bien que l’impact sanitaire du Covid-19 soit encore relativement mesuré sur le continent au regard du nombre de contaminations annoncées et du nombre de décès recensés, l’impact économique par contre devrait être bien plus dramatique notamment dans les pays d’Afrique subsaharienne. Ainsi, le Gabon, à l’image de nombreux pays producteurs de pétrole, devrait non seulement voir son PIB se contracter d’au moins 10%, et son taux de chômage fortement augmenter. 

S’apprêtant assurément à subir une baisse de revenus du fait à la fois, de la baisse des prix et des investissements dans le secteur pétrolier, le gouvernement gabonais voit surtout des milliers d’emplois locaux menacés. Le pays qui se remettait à peine de la crise pétrolière fulgurante de 2014 qui avait déjà entraî le départ de nombreux prestataires du secteur, voit donc de jour en jour se multiplier les risques d’une nouvelle crise de l’emploi. 

Dans un contexte de pessimisme ambiant qui a poussé NJ Ayuk, président de la Chambre africaine de l’énergie et lobbyiste de l’industrie pétrolière déclarer notamment que « des milliers d’Africains et d’expatriés vont être licenciés dans les pays producteurs de pétrole », l’Afrique subsaharienne et donc le Gabon, voit donc se rapprocher le spectre d’une nouvelle hausse du taux de chômage qui devrait entraîner une nouvelle précarisation des populations. Situation qui devrait entraîner une nouvelle crise sociale.

A Port-gentil, cité pétrolière par excellence et capitale économique du pays, l’impact devrait être encore plus dramatique que celle de la crise de 2014 qui avait déjà contraint plusieurs PME qui dépendaient de la commande des entreprises pétrolières à fermer. Dans des conditions encore plus dramatiques aujourd’hui, le taux de chômage devrait une nouvelle fois grimper en flèche. Par ailleurs, les coupes dans les dépenses d’exploration et l’annulation des plans de forage annoncées, pourraient signifier des années de retard dans les nouvelles découvertes.

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion