dimanche,11 avril 2021
AccueilA La UneGabon: vers une enquête sans suite après les meurtres de Djinky Émane...

Gabon: vers une enquête sans suite après les meurtres de Djinky Émane M’vono et Gildas Iloko?

Trois semaines après l’ouverture de l’enquête relative aux échauffourées qui ont émaillé les PK le jeudi 18 février dernier, celle-ci semble être au point mort. Une absence de communication qui éveille les doutes des populations, habituées aux enquêtes non élucidées. De quoi se demander si les circonstances réelles des décès de Djinky Émane M’vono et Gildas Iloko seront finalement connues?

Le jeudi 18 février 2021, les populations des quartiers dits Pk6 et Pk7 sont en furie pour dénoncer le caractère « suicidaire » des mesures gouvernementales prises le vendredi 12 février dernier par le gouvernement. En marge de ces revendications, des heurts éclatent entre populations excédées et agents de forces de l’ordre déchaînés. Bilan, 2 morts et plusieurs blessés. Saisi de l’affaire, le procureur de la République André Patrick Roponat annonce qu’une enquête judiciaire est ouverte pour faire toute la lumière dans ledit dossier.

Peu après, le maître des poursuites a tout de même révélé quelques informations qui auraient été vérifiées par les services judiciaires. « Les premiers éléments de l’enquête révèlent qu’un véhicule de type Toyota Prado a été vu sur les lieux, avec des personnes portant des cagoules et qui ont ouvert le feu », a indiqué André Patrick Roponat. Seulement, deux semaines après ces tristes incidents, aucune avancée notable n’est à mettre au crédit de l’autorité judiciaire. A croire que les enquêteurs en charge de l’affaire ont levé le pied. 

Un manque de diligence mal accueilli par les familles des victimes qui attendent toujours de connaître les noms des bourreaux de leurs fils. D’ailleurs, interviewée par notre confrère Al Jazeera, la mère de Djinky Émane M’vono a demandé que le corps de son fils lui soit restitué. C’est dire l’exaspération qui habite les Gabonais et Gabonaises face à ces enquêtes dont on connaît la date d’ouverture mais jamais la fermeture. Énième distraction ou incompétence notoire de la justice gabonaise à établir les responsabilités des coupables ?

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Bestheinfusion