Gabon: vers un recensement biométrique des agents publics de l’Etat

© Agence française de Presse

Entre réduction de moitié des effectifs de la Main d’œuvre Non Permanente (MONP) et décision visant à modifier les conditions d’obtention des bourses d’études, le dernier conseil des ministres a accouché de décisions visant à réduire le train de vie de l’État. Ainsi, dans la continuité de ces mesures, le ministère de la Fonction publique a décidé de procéder au « recensement  biométrique des  agents publics de l’Etat ».

GABON LIBREVILLE

Piliers du Plan de relance de l’Economie (PRE) 2017-2019, la maîtrise des dépenses courantes et de la masse salariale, constitue un défi majeur pour le gouvernement qu’il peine pour le moment à relever. Ainsi, entre mesures d’austérité et différentes mesures visant à réduire les effectifs des agents de l’État et donc la masse salariale, des réformes tous azimuts sont initiées.

Chargé de mener à bien cette politique d’assainissement, le ministère de la Fonction publique, de l’Innovation, du Service public et du Travail que dirige Madeleine Berre, a donc décidé de procéder à un « recensement  biométrique des  agents publics de l’Etat ». Une mesure qui vise à « assainir  le fichier  de la solde » comme indiqué dans le compte rendu du dernier conseil des ministres.

Si cette mesure peut paraître cohérente de prime abord, elle ne manque pas de souligner l’absence de planification et l’incapacité du gouvernement à trouver des solutions concrètes sur le long terme. En tenant compte du fait que la masse salariale de l’État a littéralement explosé entre 2014 et 2018, avoisinant désormais les 700 milliards de Fcfa, on peut donc se questionner sur sa portée.

Laissez votre commentaire