Gabon: vers la reprise de Total Gabon par Assala Energy ?

© ONEP

C’est la question qui taraude actuellement les esprits au regard du brouhaha qui règne au sein de la filiale de la multinationale française faisant face à une grève de ses agents. L’hebdomadaire Moutouki dans sa livraison de ce jeudi 19 juillet 2018 fait de la similitude du déroulement des événements à Total Gabon avec ce qui s’est passé lors de la cession des actifs de Shell Gabon à Assala Energy, un élément probant du prochain départ de l’entreprise  pétrolière.

Cette rumeur du départ de Total Gabon est alimentée dans l’opinion par la similitude d’événements qui s’apparentent à ceux qui avaient précédé le départ de Shell de notre pays. En effet, les employés de la multinationale néerlando-britannique avaient été mis à l’écart du départ de la société internationale, jusqu’à ce que la presse l’annonce et contraint la direction générale à le confirmer. Avant cette sortie, ce fut des grèves à répétition, des cessions d’actifs et  des démentis.

Du côté de l’entreprise française, la cession d’une part de ses actifs à Perenco courant 2017 et la restructuration engagée il y a quelques semaines et qui fera perdre plusieurs avantages sociaux aux employés participe peu ou prou à corroborer l’idée d’un éventuel départ de Total du Gabon.

Les soupçons sont également confirmés par la position des employés qui dans leur cahier de charge ont anticipé cette éventualité en inscrivant le versement d’un bonus sur les futures cessions d’actifs et sur la vente du patrimoine immobilier de l’entreprise. Lors du lancement de leur grève le 9 juillet dernier, les grévistes ont inscrit sur les banderoles «Total veut quitter le Gabon incognito». Et cette crainte enfle au fil des jours. De plus, le nom du futur repreneur serait déjà connu.

Le nom d’Assala Energy, société du Groupe Carlyle, le gestionnaire d’actifs alternatifs mondial, est désormais avancé comme probable acquéreur de Total Gabon. D’ailleurs, cette rumeur est plus que plausible au regard de l’ambition affichée par le groupe dès son arrivée au Gabon.

Le Directeur de Carlyle International Energy Partner, Marcel Van Poecke avait, en effet, evoqué la volonté de son groupe d’explorer  «également les possibilités d’investissement dans des projets apportant une valeur durable et pérenne à l’économie locale». Spécialisée dans le capital-investissement et plus particulièrement dans la gestion d’actifs, le groupe pourrait être en pôle position s’il est avéré que Total Gabon cède effectivement ses actifs.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire