Gabon: vers l’institutionnalisation d’un cadre légal pour le dialogue social

Julien Nkoghe Bekale © D.R

C’est à la faveur d’une séance de travail ce mardi 23 avril dernier que le gouvernement Nkoghe Bekale s’est enfin ouvert aux partenaires sociaux. Cette rencontre qui intervient après une semaine houleuse a été l’occasion pour le Premier ministre d’apaiser les tensions en proposant une sortie de crise favorable aux parties prenantes. La matérialisation de l’institutionnalisation d’un cadre de concertation est l’une des propositions du gouvernement, apprend-on dans un communiqué de la Primature.

La séance de travail qui a réuni les syndicats des secteurs privé et public qui se sont fait enregistrer et le gouvernement, s’est bel et bien tenue le mardi 23 avril dernier à l’hôtel Nomad, à Libreville. Dès l’entame des travaux, le chef du gouvernement s’est voulu rassurant. « Le gouvernement a conscience, et bien conscience, que rien de ce qu’il projette de réaliser, ne pourra l’être, sans l’adhésion et la pleine implication de l’ensemble du corps social dont vous, syndicats des travailleurs, constituez un maillon essentiel », a indiqué le chef du gouvernement.

Aussi, pour matérialiser sa volonté d’instaurer un dialogue permanent avec les partenaires sociaux, le chef du gouvernement a promis de mettre en place très rapidement un cadre légal et juridique pour encadrer le dialogue social.  « J’adopterai dans les prochains jours un arrêté qui matérialisera l’institutionnalisation du cadre de concertation afin que celui-ci soit effectif dans l’immédiat », a affirmé Julien Nkoghe Bekale.

Par ailleurs, le gouvernement est revenu sur les différents chantiers initiés depuis janvier 2019, notamment l’assainissement des finances publiques, la réduction de la main d’œuvre non permanente, la contribution de solidarité sur les hauts revenus et les réformes d’attribution des bourses. Occasion a également été donnée aux ministres d’État en charge de la Santé, du Budget, de l’Équipement, ainsi que de l’Eau et l’Énergie, de faire le tour des dossiers prioritaires de leurs départements ministériels.

Laissez votre commentaire