Gabon: vague de viols sur mineurs de moins de 15 ans dans le département du Ntem

Les cas d’agression sexuelle sont devenus monnaie courante dans plusieurs localités du pays. Pour preuve, les cas de Stéphane Massa Nzamba et Cédric Eto’o Adzabe placés sous mandat de dépôt à la prison centrale du Peloton sise à Oyem pour des faits de viol sur mineur de moins de 15 ans. 


C’est dans le département du Ntem dont Bitam est le chef-lieu, que les deux délinquants sexuels avaient établi leur terrain de chasse. Le premier cas est celui de Stéphane Massa Nzamba, Gabonais âgé de 23 ans et employé de la société Olam Rubber qui a abusé d’une  mineure de 13 ans, par ailleurs fille de son collègue. 

Selon le récit du quotidien L’Union c’est « après avoir consommé de l’alcool chez un collègue jusqu’à une heure avancée de la nuit, que Stéphane Massa Nzamba a visiblement de la peine à tenir sur ses deux pieds. Aussi  demande-t-il à la fille de son hôte âgée de 13 ans de le raccompagner chez lui… Sauf qu’à mi-chemin, ce dernier retrouve comme par enchantement tous ses esprits, se saisit de sa jeune accompagnatrice, l’entraîne de force dans une maison inhabitée et l’agresse sexuellement »

L’agresseur aurait intimé l’ordre à sa victime de garder le silence sous peine de représailles. C’est grâce aux sous-vêtements tachés de sang, que le pot aux roses sera découvert  plus tard par sa mère à qui elle avouera avoir été « violée par tonton Stéphane ». Une plainte pour viol sur mineur de moins de quinze ans a alors été déposée le lendemain à la Brigade de gendarmerie de Bitam. Interpellé, Stéphane Massa Nzamba est passé aux aveux lors de son audition.

Quant au second, Cédric Eto’o Adzabe, Gabonais, exerçant comme activité l’extraction du sable de carrière se serait lui aussi rendu coupable d’un viol sur mineur dans le district de Bikondom. « Ce jour-là alors qu’Eto’o est en route pour la carrière de sable, il aurait croisé sur son chemin deux mineurs -une soeur et son cadet- revenant de la rivière. Puis il les aurait menacés séance tenante à l’aide d’une machette. A la vue de l’arme blanche, le jeune garçon prend ses jambes à son cou. Moins chanceuse, sa grande soeur est neutralisée par  l’agresseur qui l’entraîne aussitôt de force dans un bosquet puis abuse sexuellement d’elle

Le frère cadet de la victime ayant pu s’échapper donnera l’alerte aux parents.  Mais arrivés trop tard sur les lieux ils n’ont pu que constater les faits, le présumé violeur ayant pris la fuite. Interpellé par les agents de la brigade de gendarmerie de Siat-Gabon, Bitam, Cédric Eto’o Adzabe est passé aux aveux sans éprouver le moindre remord.

Les deux présumés violeurs méditent actuellement sur leur sort à la Prison du Peloton d’Oyem où ils ont été placés sous mandat de dépôt en attendant leur jugement.  

Sabine Kassa

Laissez votre commentaire