Gabon: vague de démissions au BDC, les SDG se frottent les mains

Le porte parole des démissionaires du BDC André Mba Engoang © D.R

La saignée des partis politiques de l’opposition et de la majorité par les Sociaux démocrates gabonais (SDG) est loin d’avoir trouvé son épilogue. Pour cause, après la vague de démissions  des militants de l’Union du peuple gabonais (UPG)  ressortissants du département de la Lebombi-Leyou dans le Haut-ogooué, le tour est revenu à une dizaine de militants du Bloc démocratique chrétien (BDC) du departement du Komo Océan d’annoncer leur adhésion à la deuxième force politique du pays.

GABON LIBREVILLE

La poussée des Sociaux démocrates gabonais semble de plus en plus certaine dans certaines régions de l’intérieur du pays. Pour preuve, la vague d’adhésions qui chaque jour provoque une hémorragie dans différents partis de l’opposition et même de la majorité républicaine. La dernière en date est celle des militants du BDC ressortissants du département du Komo Océan dans la province de l’Estuaire.

Ainsi, dans une déclaration rendue publique ce samedi 20 avril par la voix d’André Mba Engoang, 16 d’entre eux comprenant des conseillers départementaux et communaux ont décidé de quitter le navire BDC dirigé par Guy Christian Mavioga. Ils justifient leur décision par le peu d’entrain de cette formation pour « l’avenir des populations du Komo Océan » et le fait que celui-ci « brille par une absence sur le terrain politique ».

Estimant que cette formation politique n’a pas su proposer une véritable vision politique de développement social et économique aux populations de ce département, ils ont jugé utile de se mettre en phase avec les aspirations de ces derniers en démissionnant du parti.  

Toutefois,  pour rester en phase avec leur ambitions d’améliorer les conditions de vie des populations « en leur apportant une offre politique qui sied à leurs aspirations », les signataires de cette lettre de démission collective ont « décidé en toute conscience politique d’adhérer aux Sociaux démocrates gabonais ». « Nous venons par cette déclaration dire haut et fort que nous adhérons aux idéaux du SDG, nous sommes désormais SDGISTES tout en acceptant de perdre nos mandats d’élus locaux pour certains d’entre nous », ont-ils martelé.  

Laissez votre commentaire