mercredi,28 octobre 2020
Accueil A La Une Gabon: universités de Mouila, Oyem et Port-Gentil, les éléphants blancs d’Ali Bongo...

Gabon: universités de Mouila, Oyem et Port-Gentil, les éléphants blancs d’Ali Bongo ! 

Censée être une solution à long terme devant répondre aux différents problèmes de sureffectif rencontrés dans les deux campus universitaires du pays, la construction de quatres nouvelles universités par l’entreprise chinoise China Construction reste aujourd’hui une énigme. Localisés à Libreville, Port-Gentil, Oyem et Mouila, ces universités font aujourd’hui office d’éléphants blancs, tant leur réalisation n’est que très peu évoquée

Avec près de 16500 nouveaux bacheliers à orienter et à accueillir pour la prochaine rentrée académique, la problématique de la construction de nouvelles universités est plus que jamais de mise. Ainsi, alors que des campus universitaires avaient été promis par le Président de la République Ali Bongo dans les villes d’Oyem, Mouila, Port-gentil et Booué, il semblerait que le sujet ait été relégué au second plan. 

En effet, le manque d’investissements stratégiques dans le secteur de l’éducation et plus fortement dans le système universitaire au cours des 20 dernières, amène plus que jamais à soulever le débat sur la véracité des promesses faites par le chef de l’État à la jeunesse. Quand on sait que dans le même temps l’attribution des bourses scolaires devient problématique pour cette même jeunesse, son encadrement et son suivi devraient permettre d’équilibrer l’équation. 

Or, entre université Omar Bongo (UOB) et Université des Sciences et Techniques de Masuku (USTM) en sureffectifs, Université d’Oyo jeté aux oubliettes, la question de la construction de nouvelles universités semble bel et bien secondaires et ce malgré la hausse annoncée des revenus pétroliers, miniers et forestiers. 

Par ailleurs, quand on sait que la Banque africaine de développement (BAD) aurait financé à hauteur de 81 milliards de Fcfa le projet éducation 4 avec pour objectif de réhabiliter l’existant et construire de nouveaux bâtiments, plusieurs questions demeurent. Éléphants blancs ou absence de volonté, quoi qu’il en soit, le nombre de nouveaux bacheliers en constante augmentation amène à pousser la réflexion. 

Laissez votre commentaire

Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion