Gabon: une veuve heureuse nommée Iba Natacha

Gabon Gabonmediatime Palais De Justice
Palais De Justice de Libreville © D.R.

Les veuves heureuses ! cette expression bien gabonaise sied bien à l’affaire rocambolesque que traversent les héritiers de feu Dominique Diata qui ne savent plus à quel saint se vouer face à l’attitude pour le moins méprisable de sa conjointe. En effet, cette dernière se serait donné comme mission de s’accaparer exclusivement des biens laissés par son défunt mari au mépris des droits des enfants.


Tout part de la longue maladie qu’à traversée feu Dominique Diata, qui avant même le jour fatidique de sa disparition avait pris des dispositions afin d’assurer une succession paisible à ses héritiers légaux. C’était sans compter sur la ténacité peu orthodoxe de sa veuve la dénommée Iba Natacha qui depuis le décès de son époux s’est donné pour mission de s’accaparer de l’ensemble des biens.

Cette position semble d’ailleurs incompréhensible puisque selon l’acte de mariage le couple Diata était sous  le régime matrimonial de la séparation de biens. Malgré cette disposition légale, lors du décès en septembre 2017 de Dominique Diata les enfants vont entreprendre toutes les démarches nécessaires sans exclure la veuve qui en tant que conjoint survivant est reconnue dans l’ordre de succession. Elle sera donc désignée co-mandataire dans la procédure. Mais c’était sans compter sur sa volonté de faire main basse sur tout l’héritage, qui se manifestera par de nombreuses manoeuvres soutenues à ce titre par des mains invisibles au sein du tribunal de première instance de Libreville.   

Pour comprendre les enjeux de ce qui s’apparente à un accaparement des biens de son mari, il faut signaler que ce dernier était administrateur de deux entreprises dont l’une, Mitimbo Construction, est en partenariat avec la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog). Un élément qui aurait motivé semble-t-il Iba Natacha à faire obstruction dans la procédure du Conseil de succession qui malgré l’absence volontaire de cette dernière se tiendra le 12 avril 2018. Pis d’après le certificat de non opposition établis  le 24 mai 2018 à la chambre civile indique clairement « qu’il n’existe aucune mention d’opposition  formulée contre le jugement ».

Autre élément curieux, outre le fait de ne plus vouloir accueillir les enfants de son défunt mari dans la maison familiale après avoir pris une sommation d’interdiction, elle se serait octroyé tous les droits dans la gestion de l’entreprise de manière assez curieuse. « Elle a fourni récemment un document à la banque où est domicilié le compte de l’entreprise. Et qui selon nos recherches lui confère la signature pour sortir de l’argent de ce compte », nous a confié un des héritiers de feu Dominique Diata.

Une situation que ne comprennent pas les enfants, car non seulement dans le cadre de la succession elle se serait littéralement accaparée de tout, mais aussi au niveau de l’entreprise elle s’est autoproclamée mandataire. Alors que les statuts de l’entreprise ne le permettent pas, mais elle aurait également procédé à des manoeuvres pour l’établissement des documents du Registre de commerce et du crédit mobilier (RCCM).

Laissez votre commentaire