Gabon: une trafiquante de billets de banque aux arrêts à Fougamou

Préfecture de Fougamou © GMT

Les limiers du poste de contrôle de Bassali dans le département de la Tsamba Magotsi viennent d’épingler Emilienne Maganga Mombo, la cinquantaine révolue et infirmière de profession, avec en sa possession une valise de clichés utilisés pour la fabrication de faux billets d’une valeur de 50 millions de Fcfa. Après être passée aux aveux, cette dernière a été présentée devant le procureur de la République près le tribunal de première instance de Mouila où elle a été inculpée pour émission de fausse monnaie puis écrouée à la prison de Mouila en attente de son jugement.



A l’heure de la crise économique, plusieurs Gabonais se laissent gagner par le vice. Le cas d’Emilienne Maganga Mombo illustre bien cette déviance sociétale. Cette infirmière de la cinquantaine serait une actrice du réseau de fabrication de fausse monnaie au Gabon. Et pour cause, elle a été épinglée le lundi 11 mars dernier par les agents de la police nationale au poste de contrôle de Bassali alors qu’elle promenait dans ses bagages une valise pleine de clichés pour faux billets. Retour sur cette rocambolesque affaire.

La scène se déroule dans le département de la Tsamba Magotsi précisément au village Bassali où les gendarmes y ont un poste de contrôle. En effet, ce lundi 11 mars un agent a interpellé une voiture de transport en commun en direction de Libreville puis en a demandé la fouille. Il y a fait la découverte d’une valise contenue dans un sac à aliments. Après un silence accusateur, Emilienne Maganga Mombo s’est désignée comme étant la propriétaire mais ses explications peineront à convaincre l’agent.

Par la suite, les agents sous ordre du directeur des investigations vont conduire la désormais suspecte à la brigade de gendarmerie de Fougamou où elle sera soumise à un interrogatoire sans pour autant s’en sortir dans ses explications. Il lui sera demandé d’ouvrir la valise, ce qu’elle a refusé de faire. Le commandant de brigade va donner injonction à ses agents d’ouvrir la valise par tous les moyens. Cela a été fait et la découverte était surprenante. Plusieurs clichés permettant la fabrication de faux billets de banque.

Face aux faits, la dame va passer aux aveux indiquant qu’il s’agit bien de planches à faux billets dont la valeur tournerait autour de 50 millions de Fcfa. Déférée le vendredi 15 mars devant le Procureur de la République près le Tribunal de première instance de Mouila dans la Ngounié. Elle y a été inculpée d’un chef d’accusation notamment l’émission de fausse monnaie puis placée en détention préventive à la prison centrale de la localité où elle rumine sur son sort en attendant d’en être fixée.  

Laissez votre commentaire