dimanche,24 janvier 2021
Accueil A La Une Gabon: une stratégie inefficace de «surendettement» au cours des dix dernières années

Gabon: une stratégie inefficace de «surendettement» au cours des dix dernières années

Alors que la période 1980-2000 avait été marquée  par une crise de la dette extérieure très élevée pour de nombreux pays subsahariens à l’image du Gabon, celle couvrant la période 2000-2020 s’est révélée comme la double décennie du « surendettement ». Et pour cause, alors que sur la période 2002-2008 le total des emprunts du Gabon s’est élevé à 1279 milliards de FCFA, celle allant de 2009 à 2020 s’est caractérisée par une explosion de l’encours de la dette publique.

Comme le soulignait déjà l’analyste gabonais Mays Mouissi, la période 2009-2016 révélait déjà un fort accroissement des montants empruntés par le Gabon. Passé de 1279 milliards de FCFA (2002-2008) à 2250 milliards de FCFA sur la période suivante (2009-2016), l’encours de la dette publique gabonaise constitue aujourd’hui, en 2020, une véritable épine dans le pied aussi bien des générations présentes que futures, puisque celles-ci doivent faire face au quotidien, à des difficultés structurelles.

En effet, établie à plus de 5700 milliards de FCFA selon les chiffres fournis par la Direction générale de l’Economie et la politique fiscale (DGEPF), la dette publique gabonaise étonne par son caractère pour le moins surréaliste et détonne par l’absence de développement qu’elle a générée. Ainsi, que ce soit en termes de sécurité et d’État de droit, de lutte contre la corruption, d’inclusion financière ou encore d’infrastructures, le Gabon entre 2009 et 2019 (soit la décennie du surendettement), a subi une forte dégradation de son environnement macro-économique.

Alors que la stratégie devait s’articuler en une maîtrise de l’endettement et une mobilisation des ressources internes pouvant favoriser le développement et de la création de richesses, celle prônée par l’exécutif à travers sa politique de surendettement s’est révélée quasiment inefficace. Entré dans un cycle d’emprunts de remboursements, le Gabon qui pourrait selon les analystes de Goldman Sachs se retrouver en « défaut de paiement en 2021 », a donc progressivement grappillé une avance pourtant considérable sur de nombreux pays du continent.
Dans un contexte où la jeunesse, qui constitue plus de 70% de sa population, se retrouve surdiplômée, au chômage et dépressive, de nombreuses questions en tête desquelles « qui paiera cette dette abyssale? », ne cessent de fuser dans l’opinion. Une opinion qui d’ailleurs s’interroge sur la capacité du gouvernement à assurer, aussi bien « la relance » que la « diversification économique ».

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttps://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Bestheinfusion