Gabon: une rentrée parlementaire au Sénat «entre embellie, doute et incertitude»

Lucie Milebou-Aubusson, présidente du Sénat © D.R

La rentrée parlementaire du vendredi 1er mars dernier a été l’occasion pour la présidente du Sénat de souligner un certain nombre de points clés. Ainsi, en présence de plusieurs prestigieux invités tels le Premier ministre et le Président de l’Assemblée nationale, Lucie Milebou-Aubusson n’a pas manqué de souligner le « contexte international et national mitigé, entre embellie, doute et incertitude » dans lequel s’effectue cette rentrée parlementaire.



Les mots étaient forts. Les mots étaient justes. A l’occasion de la rentrée parlementaire marquée par la présence du Premier ministre Julien Nkoghe Bekale, du Président de l’Assemblée nationale Faustin Boukoubi ainsi que de plusieurs membres du gouvernement, la Présidente du Sénat Lucie Milebou-Aubusson, a donné le ton.

En effet, interpelant tout d’abord ses invités sur « la dégradation avancée de l’hémicycle qui n’offre plus les conditions de sécurité », elle a ensuite souligné le « contexte international et national mitigé, entre embellie, doute et incertitude » dans lequel s’ouvrait cette session. Inquiétudes légitimes au regard du contexte économique mondial, mais aussi sous régional.

Si elle a mis en avant les prévisions de croissance de la Banque mondiale pour l’Afrique subsaharienne et le Gabon, elle n’a pas manqué de rappeler que « cette embellie modérée, reste cependant sous la menace des changements exogènes, pouvant influencer gravement cet équilibre précaire ».

Entre « poussée des égoïsmes nationaux, défi sécuritaire de la sous-région, remise en question des accords sur le franc CFA passés avec la France », la Présidente du Sénat a évoqué toutes ces questions « de nature à perturber le climat des affaires, et à décourager les potentiels investisseurs ». A noter que Lucie Milebou-Aubusson a félicité le Premier ministre pour sa déclaration de politique générale.

Laissez votre commentaire