mardi,27 juillet 2021
AccueilA La UneGabon: une réhabilitation fictive de l’UOB facturée à 12 milliards de FCFA

Gabon: une réhabilitation fictive de l’UOB facturée à 12 milliards de FCFA

Ecouter cet article

Après le feuilleton sur la gestion administrative peu orthodoxe de l’Université Omar Bongo (UOB) par l’ancien recteur Marc-Louis Ropivia et son équipe qui auraient distrait un peu plus de 7 milliards de FCFA, un nouveau scandal vient d’être mis à nu par la Taskforce sur la dette intérieure. En effet, selon le quotidien L’Union de ce jeudi 26 novembre 2020, ce sont un peu plus de 12 milliards qui auraient été facturés à l’Etat pour la réhabilitation des bâtiments de l’UOB. 

L’opération de contrôle diligentée par la Taskforce sur la dette continue de livrer l’ampleur des fraudes qui gangrènent plusieurs administrations. Après la découverte de 440 milliards de FCFA de fausses dettes sur 650 milliards de FCFA audités, cette entité instituée par l’arrêté N°006/PR en date du 20 juin 2020 vient de faire la découverte de fraudes au sein de l’Université Omar Bongo.

Selon les révélations du quotidien L’Union, les experts en charge de l’audit de la dette intérieure ont découvert « des validations de dettes pour un montant de 12 milliards de francs correspondant à des réhabilitations fictives de bâtiment à l’UOB ». Pis, on apprend que ces pseudos réhabilitations se seraient faites sans convention, sans passation de marchés, simplement sur présentation de différentes factures.  

Un scandale qui met une fois de plus au banc la gestion pour le moins peu orthodoxe de l’ancienne équipe rectorale. Faut-il rappeler que lors d’une visite le 10 août dernier le ministre de l’Enseignement supérieur, Pr. Patrick Mouguiama-Daouda avait révélé que ce sont près de 10 milliards qui auraient été distraits dans le cadre de la réhabilitation de cet établissement. « Plusieurs milliards ont été sortis pour les infrastructures. J’ai les noms des sociétés qui ont encaissé des milliards pour le bunker qui a été détruit, notamment. Rien que pour ces deux aspects nous sommes autour de 10 milliards de francs CFA qui se sont évaporés dans la nature », avait-il indiqué.

Si ce scandal vient une fois de plus mettre en lumière les malversations et la gestion peu orthodoxe qui ont cours dans plusieurs administration, l’opinion reste désormais attentive à la suite judiciaire de ces différentes découvertes effectuées par la Taskforce sur la dette intérieure surtout lorsqu’on sait le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba intraitable et ferme quant à ces fléaux que sont la corruption et les malversations financières.

Laissez votre commentaire