jeudi,29 octobre 2020
Accueil Derniers articles Gabon: une nouvelle prorogation de l’état d’urgence serait illégale selon Paul Aimé...

Gabon: une nouvelle prorogation de l’état d’urgence serait illégale selon Paul Aimé Bagafou

Le débat sur la prorogation de l’état d’urgence suit son cours. Après les révélations sur la susceptible fin des 45 jours sanctionnant l’état d’urgence sanitaire, c’est au tour d’un acteur de la société civile du reste syndicaliste, de se prononcer sur cette question. Pour  Paul Aimé Bagafou toute nouvelle prorogation de l’état d’urgence sanitaire  serait de la part du gouvernement une pure provocation et un abus d’autorité. 

Se cacher derrière le fallacieux prétexte de la lutte contre la propagation du Covid-19 dont la tendance est en forte baisse (5,3 %) et dont le pourcentage des contaminations de ce lundi est de 0,4%, c’est en substance la position de Paul Aimé Bagafou sur l’idée d’une nouvelle prorogation de l’état d’urgence sanitaire au Gabon. 

C’est en cette occurrence que sur une publication sur les réseaux sociaux, le président de la campagne mondiale Publiez ce que vous payez (PCQVP) section Gabon a déclaré que « l’état d’urgence sanitaire prorogé ayant de facto pris fin avec l’expiration de 45 jours prévus- donc le 27/09/2020 à 23h59 -, toute nouvelle tracasserie en rapport relèverait de la pure provocation et d’un abus intolérable de la part des autorités concernées », a fustigé M. Bagafou.

Pour l’ancien Secrétaire général de l’Organisation nationale des employés du pétrole (ONEP), la déclaration par le gouvernement d’une nouvelle période de 45 jours au cours de laquelle les libertés individuelles seront une fois plus restreintes ne serait qu’une tentative désespérée de l’exécutif de confisquer les libertés fondamentales des Gabonais, confinés depuis 6 mois. 

C’est cette idée qu’il a développée sur un post sur sa page facebook dans lequel il demande aux tenants du pouvoir de laisser les Gabonais circuler librement. « Mesdames et Messieurs les autorités en charge, au terme de vos 45 jours additionnels de confiscation des libertés fondamentales, laissez-nous tranquilles ! Incapables de concevoir des politiques publiques qui améliorent le quotidien des populations, on ne retiendra de votre gestion opaque de la pandémie, que les nombreux emprunts contractés à l’occasion et dont l’utilisation réelle tarde à être exposée à l’opinion, avec toutes les justifications qui s’imposent dans le cas d’espèce… », s’est-il indigné.

Laissez votre commentaire

Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion