mercredi,25 novembre 2020
Accueil Derniers articles Gabon: une inflation «maîtrisée» seulement sur papier

Gabon: une inflation «maîtrisée» seulement sur papier

Bien que les données de la direction générale de la statistique (DG Stat) font état d’une « inflation maîtrisée » comme on peut le souligner dans la note de conjoncture sectorielle, la réalité est tout autre. Et pour cause, l’Indice Harmonisé des Prix à la Consommation des Ménages situé autour de 0,9% à fin mars contre 4,7% en 2019, semble à des années lumières de la dure réalité des populations. 

Cinquième ville la plus chère du continent, et 33ème ville la plus chère du monde selon l’indice Mercer, Libreville est aujourd’hui devenue une ville qui asphyxie ses consommateurs. Que ce soit en termes de produits de première nécessité (frais, séchés, fumés) ou de produits surgelés censés amoindrir le coût de consommation, la capitale gabonaise affiche un Indice Harmonisé des Prix à la Consommation des Ménages en nette hausse ces dernières années.

En effet, bien que les autorités soulignent dans la note de conjoncture sectorielle, le fait que « l’inflation ait été maîtrisée confirmant la tendance baissière des prix à la consommation observée depuis plus d’une année », en pratique celle-ci révèle depuis plusieurs années, la perte du pouvoir d’achat des ménages gabonais. Et pour cause, s’alimenter devient un véritable luxe pour les populations, au même titre que se déplacer, se loger, communiquer voire se vêtir.

Ainsi, les prix des  produits alimentaires notamment les légumes ont augmenté de plus de 7% au premier trimestre 2020, idem pour l’enseignement (+2,9%). La communication et le transport enregistrent eux aussi des taux d’inflation record dans les faits, puisque malgré un statut de pays exportateur de pétrole, le Gabon affiche des prix des carburants nettement supérieurs à la moyenne africaine (605 FCFA le litre d’essence), ce qui est également le cas en ce qui concerne les tarifs de la communication (en hausse de plus de 2%).

En conséquence, certains produits et services de base, favorisant pourtant l’amélioration aussi bien de la santé que du style de vie, apparaissent aujourd’hui inaccessibles pour une bonne partie des Gabonais  dont l’essentiel des dépenses reste axé sur le logement et le transport. Loin de la « maîtrise de l’inflation » annoncée, la situation actuelle souligne donc dans les faits, bien moins que l’amélioration  des conditions de vie des populations, leur précarisation.

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion