mardi,20 octobre 2020
Accueil Derniers articles Gabon: une femme grièvement blessée par un éléphant dans la forêt d'Ipassa

Gabon: une femme grièvement blessée par un éléphant dans la forêt d’Ipassa

Une compatriote âgée de 42 ans répondant au nom de Colette Ayewet a failli passer de vie à trépas récemment dans la forêt protégée Ipassa dans la province de l’Ogooué-Ivindo. Selon le récit de notre confrère L’Union, de retour de leurs travaux champêtres, Colette et sa sœur Séverine Metchimahiya, ont été attaquées par un pachyderme. La première citée s’en sortira miraculeusement avec le bras gauche et la jambe droite perforés par les défenses de l’animal qui a ensuite pris la fuite.

Les conflits Homme-éléphant semblent loin d’être résolus. Pour preuve, plus un mois ne passe sans qu’un incident ne soit  signalé dans les forêts gabonaises majoritairement protégées. En effet, après les cas de l’Ogooué-Lolo où pas moins de 5 attaques ont été révélées, c’est au tour de la province de l’Ogooué-Ivindo d’en être le théâtre. Selon L’Union, ce sont deux sœurs étant parties en brousse afin de se procurer les feuilles servant à l’emballage du manioc dont elles assurent la vente qui vont vivre la mésaventure. Il s’agit de Colette Ayewet et Séverine Metchimahiya.

Une fois leur but atteint, les soeurs se mirent à emprunter le chemin du retour en se racontant les séries novelas de la veille. C’est alors que lancées dans leurs discussions, elles auraient entendu un bruit d’animal. Le temps de se retourner, elles étaient déjà nez-à-nez avec un éléphant adulte visiblement en furie. Dans la foulée, le pachyderme se mit à les attaquer par ses défenses. Il s’en prendra principalement à la sœur aînée Colette Ayewet. Il réussira à lui perforer la jambe droite et le bras gauche avant de fondre dans la nature. 

Impuissante durant l’agression qui n’aura duré que le temps d’un court instant, Séverine Metchimahiya trouvera malgré son traumatisme, le courage d’alerter les populations environnantes. Un acte qui aura le mérite de permettre le transfert en urgence de sa soeur du village vers le Centre hospitalier régional de Makokou, chef-lieu de la province de l’Ogooué-Ivindo par les écogardes de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN). Depuis, Colette Ayewet y est maintenue en soins intensifs. Son pronostic vital n’est plus engagé. Il s’agit d’un énième cas qui devrait interpeller les autorités gabonaises sur le risque couru par les populations. La solution serait certainement d’établir une barrière électrique comme à Ndindi.

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gif 2px
Street 103 Gabon Gmt