vendredi,26 novembre 2021
AccueilDerniers articlesGabon: une élève de 3ème jette son bébé après un accouchement clandestin...

Gabon: une élève de 3ème jette son bébé après un accouchement clandestin à Bitam

Ecouter cet article

Une élève inscrite en classe de 3ème au lycée Simon Oyono Aba’a de Bitam et répondant au nom de Prescilia Mengue Nguema, est depuis le jeudi 4 juin 2020 en détention préventive à la prison centrale d’Oyem pour homicide volontaire. En effet, cette jeune femme d’à peine 19 ans aurait jeté son nouveau né dans une broussaille non loin du quartier TP où elle aurait accouché clandestinement le mercredi 27 mai 2020, rapporte le quotidien L’Union. 

Selon L’Union, la découverte macabre a récemment été faite dans une broussaille à quelques mètres du quartier TP à Bitam dans le département du Ntem. Un nouveau-né de sexe masculin, le corps sans vie recouvert de mouches. Alertés par les riverains, les agents de l’antenne provinciale de la police judiciaire (PJ) se sont saisis de l’affaire. Après quelques investigations poussées, les langues se seraient déliées. La coupable serait une jeune femme de la région qui répondrait au nom de Prescilia Mengue Nguema. 

Il n’en fallait pas plus pour que la présumée auteure de cet infanticide soit interpellée pour répondre de ses actes. Lors de l’enquête préliminaire, l’élève inscrite en classe de 3e au lycée Simon Oyono Aba’a serait la génitrice du nourrisson retrouvé mort en même temps son bourreau. « Lors de mon accouchement, l’enfant était bel et bien vivant. Pour m’en débarrasser, je l’ai mis dans un sac de riz pendant qu’il poussait des cris », a-t-elle déclaré avant d’ajouter que c’est juste après qu’elle l’a jeté dans la broussaille jouxtant la ville. 

Par ailleurs, questionnée sur les mobiles de l’homicide, Prescilia Mengue Nguema aurait indiqué que c’est l’abandon du géniteur qui l’a motivée. « Ne pouvant garder toute seule un enfant sans père, j’ai décidé après l’accouchement de me débarrasser du bébé, qui devait sans doute être une source de problèmes pour moi », a-t-elle conclu. Le père irresponsable serait Ibrahim, un compatriote, la quarantaine. En dépit de ces regrets, la jeune femme sera présentée devant le parquet le jeudi 4 juin dernier où, après instruction, elle sera placée en détention préventive à la prison centrale d’Oyem pour homicide volontaire. 

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Enami Shop