mardi,14 juillet 2020
Accueil A La Une Gabon: une douzaine de compatriotes non rapatriés faute de billets d’avion

Gabon: une douzaine de compatriotes non rapatriés faute de billets d’avion

Prévue pour ce dimanche 24 mai, la deuxième phase de rapatriement des Gabonais bloqués à l’étrangers s’agissant de ceux de l’Hexagone n’aurait pas été effective pour une douzaine de compatriotes contraints de rester en territoire français parce que leurs billets d’avion n’auraient pas été achetés auprès de la compagnie Air France. Si l’Ambassade du Gabon en France a pris toutes les dispositions pour assurer le retour dans leurs villes de provenance, une question interpelle l’opinion sur le  non-paiement des billets de ces Gabonais bloqués à l’étranger quand on sait qu’un budget spécifique a été mis à disposition du ministère des Affaires étrangères pour effectuer ce rapatriement dans des conditions optimales.   

Global Media Time Gifpx

L’ambassade du Gabon en France et le ministère des Affaires étrangères ont-ils pris toutes les dispositions pour que le rapatriement des Gabonais bloqués en France depuis de le début de la crise sanitaire liée à la covid-19 se fasse dans des conditions idoines ? Visiblement non, en témoigne les informations et les réactions de plusieurs compatriotes supposés effectuer leur retour au Gabon par le vol Air France prévu hier, le dimanche 24 mai 2020.  

A la lumière des informations parvenues hier à la rédaction de Gabon Media Time, l’ambassade du Gabon comme convenue et prévue dans le communiqué diffusé dans la presse annonçant cette deuxième vague de rapatriement avait fait parvenir une note de service avec les coordonnées de l’hôtel Mercure à tous les passagers pour une prise en charge par l’ambassade qui réellement a été effective. C’est au sortir de cette étape que les choses à la grande surprise de nombreux voyageurs vont se compliquer. « C’est à l’embarquement qu’on remarque que plusieurs d’entre nous n’ont pas de billets d’avion payés ce qui fait que  Air France a refusé qu’on puisse embarquer parce que nos billets n’étaient pas payés » nous informe un Gabonais présent à Roissy-Charles de Gaulles. 

Dans le même ordre d’idées, il aurait été demandé à certains de ces Gabonais n’ayant pu bénéficier pour d’un billet d’avion de se le procurer euxmêmes. « Madame votre nom est bel et bien enregistré sur la liste, votre réservation a été faite depuis le 20 mai, mais seulement votre billet n’a pas payé. Si vous avez 700 euros vous payez votre billet d’avion séance tenante et vous embarquez » a proposé un agent de la compagnie française à une Gabonaise venu de Lyon pour effectuer son retour au Gabon. 

Dans un communiqué publié ce 24 mai 2020 et parvenu à la rédaction Gabon Media Time, l’ambassade de France a tenu à lever sa responsabilité sur l’achat des billets en précisant que « l’attribution des billets ne révélait nullement du périmètre d’action des compétences de l’ambassade » tout en notifiant dans la même communiqué que s’agissant des Gabonais n’ayant pas pu embarquer, « …l’Ambassade a consenti à mettre à leur disposition, séance tenante, un appui financier permettant à chacun de regagner sa Commune de résidence »,a-t-on pu lire également. 

Une précision qui vient battre en brèche, l’information selon laquelle les compatriotes restés n’ont bénéficié d’aucune aide et auraient par conséquent été abandonnés à euxmêmes. Sur cet aspect un proche de l’ambassade joint au téléphone par Gabon Media Time  explique « une aide financière de 300 euros a été proposée à la douzaine de Gabonais qui n’ont pas pu embarquer afin qu’ils rejoignent leurs villes respectives mais une poignée, 4 au total ont refusé cette contribution et ce sont ces personnes qui sont restées à Charles de Gaulles pour faire des polémiques pensant qu’en faisant du bruit, leur situation allait changer »,a-t-elle précisé. 

Au regard des faits susmentionnés, il apparaît clairement que le non-paiement des billets de ces compatriotes restés bloqués à Paris ne relevait pas de la responsabilité de l’Ambassade du Gabon. A qui incombait alors cette obligation ? Au Gouvernement ? Au ministère des Affaires étrangères ? 

Pour tenter de délier le vrai du faux, la rédaction de Gabon Média Time a joint au téléphone le service communication du ministère des Affaires étrangères qui a informé que le ministre d’Etat s’exprimera sur la question par le biais d’une conférence de presse qu’il animera mardi 26 mai 2020. 

Laissez votre commentaire

Mouss Gmt
Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Agasa Pub Pavé Portrait Agence Gabonaise de Sécurité Alimentaire
Street 103 Gabon Gmt