mercredi,30 septembre 2020
Accueil A La Une Gabon: une difficile mobilité malgré les 35 milliards de FCFA décaissés pour...

Gabon: une difficile mobilité malgré les 35 milliards de FCFA décaissés pour subventionner Sogatra et Trans’Urb

D’années en années le constat est le même. A l’approche de la période au cours de laquelle les taximen doivent s’acquitter du « règlement à l’amiable de leurs taxes » auprès de la mairie centrale, les Librevillois se retrouvent livrés à eux-mêmes pour se rendre sur leurs lieux de travail et autres. Résultat, des jours durant, ces derniers sont obligés soit de marcher, soit de dépenser des sommes faramineuses. Or, leur gouvernement engage des montants colossaux chaque année pour maintenir à flots la Société gabonaise de transport (Sogatra) et depuis peu, son cousin germain Trans’Urb.

Ce n’est un secret pour personne. Au Gabon les difficultés liées au transport dans son ensemble, constituent l’une des plus grosses épines sous le pied de l’exécutif. Et pour cause, entre voiries urbaines, suburbaines, provinciales en état de décrépitude et absence de réelle politique publique visant à assainir et viabiliser un secteur des transports terrestres « marqué par une morosité de son activité en 2019 avec des indicateurs en chute libre » comme le souligne la Direction générale de l’économie et de la politique fiscale (Dgepf), le transport public est à l’agonie et les contribuables livrés à eux-mêmes.

En effet, dans un secteur où le besoin est pourtant croissant du fait de l’augmentation de la population urbaine, les résultats attendus pour les 10,5 milliards de FCFA décaissés en 2018 et 2019 au titre de la subvention à la Société Gabonaise des Transports (Sogatra) et les 24,6 milliards de FCFA de subvention pour Transnat (Trans’Urb), peinent pourtant à se faire ressentir. La pénurie actuelle de transport en est la parfaite illustration, puisque malgré l’absence de taxis dans plusieurs quartiers du Grand Libreville, les bus de ces deux sociétés sont aux abonnés absents.

De plus, dans le contexte actuel marqué par la pandémie de la Covid-19 qui avait poussé les autorités à inclure le transport terrestre dans sa stratégie de riposte avec un décaissement d’un peu plus de 6 milliards de FCFA, les difficultés de mobilité des populations du Grand Libreville amènent à s’interroger sur la destination finale de ces montants colossaux décaissés par le trésor public. Des interrogations qui devraient interpeller l’exécutif, qui peine jusquelà à trouver une solution pérenne à ce casse tête.

Révélatrice donc de l’échec en matière de politique publique notamment en ce qui concerne les programmes de transport terrestre, ces difficultés de mobilité que rencontrent les populations du Grand Libreville soulignent l’absence de stratégie efficace dans ce secteur qui est pourtant conduit à l’heure actuelle par Léon Armel Bounda Balonzi,  ingénieur de formation. Par ailleurs, cette pratique peu efficiente qui consiste à décaisser des fonds publics sans que les populations n’en bénéficient réellement met un peu plus en lumière les « dérapages budgétaires substantiels ». Comme en témoigne l’achat des 100 taxis compteurs par la Sogatra en 2013, qui sont aujourd’hui laissés à l’abandon. 

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Ladji Nze Diakitéhttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Street 103 Gabon Gmt

padding-top : 20px;