mercredi,28 juillet 2021
AccueilActualitésEconomieGabon: une convention entre l’Etat et ses entreprises créancières en vue de...

Gabon: une convention entre l’Etat et ses entreprises créancières en vue de l’apurement de la dette intérieure

Ecouter cet article

Bien décidé à « enrayer » la spirale de déficit et d’endettement qui s’est installée ces dernières années, l’exécutif gabonais intensifie sa politique de règlement de la dette notamment intérieure, à travers la task force mise en place à cet effet. Ainsi, après avoir entamé le processus de liquidation des premières créances en octobre 2020, c’est une nouvelle vague d’apurement qui a été annoncée le 26 mars dernier, toujours dans le cadre d’une « gestion active et efficiente du portefeuille de la dette ».

Mené dans l’optique d’avoir une vision claire et exhaustive de la dette intérieure gabonaise, l’audit lancé en juin 2020 par le biais d’une task-force pilotée par la présidence de la République commence à produire ses  résultats. Après le processus de liquidation des premières créances amorcé en octobre 2020, la présidence de la République a invité le 26 mars dernier, les entreprises créancières à présenter les justificatifs en vue de la signature d’une convention pour l’apurement de leurs dettes.

En effet, annoncée dans le cadre de la « gestion active et efficiente du portefeuille de la dette », cette nouvelle étape marque un tournant dans ce processus de règlement de la dette intérieure. Processus qui a jusque-là permis de révéler que « sur les 1030 milliards de FCFA de dette intérieure audités, 623 milliards se sont révélés fictifs, soit un ratio de 62 % », comme l’indiquait en mars dernier, Noureddin Bongo Valentin, coordinateur général des affaires présidentielles, au détour d’un entretien accordé à nos confrères de l’agence Ecofin.

Avec déjà un peu plus de 4 milliards de FCFA soldés notamment pour des entreprises dont les créances s’élèvent à moins de 70 millions de FCFA, cette task-force sur le règlement de la dette intérieure qui constitue l’un des 20 projets prioritaires contenus dans le Plan d’accélération de la transformation (PAT) 2021-2023, poursuit donc sa mission. Une mission qui devrait à terme, permettre d’enrayer une spirale de déficit et d’endettement qui constitue par ailleurs, un frein à l’amélioration du climat des affaires.

Laissez votre commentaire