jeudi,20 janvier 2022
AccueilDerniers articlesGabon: une affaire de tontine finie à la police judiciaire

Gabon: une affaire de tontine finie à la police judiciaire

Ecouter cet article

C’est une affaire pour la moins inhabituelle qui se serait passée dans les locaux de la brigade de police judiciaire sis au palais de justice de Libreville. Le jeudi 9 décembre dernier, Bifane Oriane Elsa, agent des forces de l’ordre au sein de la Gendarmerie nationale aurait procédé à l’incarcération d’une jeune dame répondant au nom de Missy. Laquelle lui aurait réclamé sa participation. Un acte que l’officier n’aurait pas apprécié indiquant que son « image aurait été salie ».

Les faits se seraient déroulés le jeudi 9 décembre 2021. Ce jour-là, Missy ayant récupéré l’ensemble des gains des membres de la tontine aurait demandé à Bifane Oriane Elsa de lui remettre sa part. Une demande que la gendarme aurait mal perçue et pour laquelle elle aurait fait convoquer la jeune fille dans les locaux de la brigade de police judiciaire du palais de justice de Libreville. Une fois sur les lieux, elle aurait été enfermée par les officiers en poste sans qu’aucune véritable charge n’ait été annoncée.

Selon une source proche, la jeune dame arrêtée est une victime et son interpellation n’est nulle autre qu’une tentative d’intimidation, elle n’a d’ailleurs eu droit à quasiment aucune visite ni appel. « Bifane Oriane Elsa a dit qu’elle va pourrir la vie à Missy parce qu’elle a salit son image et ça ne va pas s’arrêter là car elle va prendre d’autres dispositions » a-t-elle déclaré. Par ailleurs, un officier de la Marine marchande répondant au nom de Hugues Mboumba, membre de ladite tontine ne s’est pas non plus acquitté de sa dette. 

Par ailleurs, neuf membres de la tontine se sentant lésés auraient en réponse porté plainte contre Bifane Oriane Elsa et Hugues Mboumba. Lesquels doivent s’acquitter respectivement des sommes de 890 000 et 560 000 FCFA. « On a porté plainte parce qu’ils ne répondent plus au téléphone et filtrent nos appels » a déclaré l’un des plaignants. Un comportement qui jette l’opprobre sur les Forces de défense nationale en proie à de nombreuses critiques au sein de l’opinion nationale. 

Gageons qu’une enquête sera ouverte sur cette énième affaire impliquant nos forces de défense afin de faire la lumière sur cette affaire. La jeune Missy quant à elle, a été libérée après quelques jours passés dans les geôles de la brigade de police judiciaire sise au palais de justice de Libreville. 

Laissez votre commentaire

Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Enami Shop