mardi,22 septembre 2020
Accueil Derniers articles Gabon: un train pris en otage par des étudiants de l'USTM

Gabon: un train pris en otage par des étudiants de l’USTM

Des étudiants de l’Université des Sciences et Techniques de Masuku (USTM) ont pris en otage, le vendredi 10 juillet 2020 le train voyageur au départ de Franceville, rapporte notre confrère de l’Agence Gabonaise de Presse (AGP). Selon la même source, cette rogne serait consécutive à l’exigence pour tout étudiant de présenter un test de négativité Covid-19 alors même que l’obtention de ce certificat reste difficile. 

Les mesures d’allègement des restrictions annoncées le 9 juillet dernier par le gouvernement parmi lesquelles la réouverture des transports ferroviaires semblent n’avoir pas que des aspects positifs. En effet, si les populations pourront à nouveau se déplacer de l’intérieur vers la capitale et vice versa, l’obligation de présenter un test de négativité Covid-19 est à l’origine de plusieurs remous de la part des usagers de la Société d’exploitation du Transgabonais (Setrag). 

C’est notamment le cas à Franceville, dernière gare du chemin de fer, où des étudiants issus de l’Université des Sciences et Techniques de Masuku (USTM) ont fait savoir leur ras-le-bol face à l’exigence gouvernementale. Selon l’Agence Gabonaise de Presse (AGP), les Mbayistes, comme ils se font couramment appeler, ont réquisitionné un train voyageur après s’être heurtés au refus de payer un billet sans certificat de test Covid-19 négatif. 

Une complication qui a du mal à passer pour les étudiants de l’USTM qui seraient las de vivre loin de leurs familles principalement installées à Libreville. « Nous sommes en vacances, nous reprenons les cours dans deux mois. Nous voulons aller retrouver nos familles. Ce n’est pas possible qu’on nous exige le test négatif au Covid-19, alors qu’il n’y a pas de réactifs dans la province. Comment voulez-vous qu’on puisse avoir ce fameux sésame si les conditions optimales pour l’obtenir dans les plus brefs délais ne sont pas réunies? », a déclaré un des manifestants

Pour information, le groupe d’étudiants avaient envahi dans la matinée du vendredi 10 juillet 2020 le gouvernorat où ils ont été reçus par le préfet du département de la Lékabi-Léwolo, Théodore Issalangote, qui assure l’intérim du gouverneur. Une démarche payante puisqu’ils ont pu obtenir une dérogation spéciale des autorités administratives locales. Laquelle a permis à certains des leurs d’embarquer à bord du train monopolisé pour rallier Libreville. Le reste des étudiants devraient suivre la première vague dès le mardi 14 juillet prochain.

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Street 103 Gabon Gmt