Gabon: Un trafiquant d’ivoire à Mayumba mis aux arrêts

Le présumé braconnier aux arrêts © D.R

Les agents de la police judiciaire de Tchibanga et de la direction provinciale des Eaux et Forêts de la province de la Nyanga ont mis la main sur un trafiquant d’ivoire le samedi 13 avril 2019 à Mayumba. Cette action a reçu le concours des membres de l’Ong Conservation justice qui par leur minutie ont recueilli les informations nécessaires pour faire aboutir cette pêche aux hors la loi qui ont abattu près de 8 éléphants.



La nouvelle prise des protecteurs de la faune sauvage vient certainement d’envoyer un signal fort aux braconniers, précisément aux tueurs d’éléphants. En effet, plusieurs Ong à l’instar de Conservation justice s’évertuent à livrer un message de sensibilisation contre les dangers que court la planète en conduisant la faune déserte de ses piliers à savoir les animaux comme l’éléphant. Mais il semble que l’appât du gain dame le pion au bon sens et à l’humanité. Ainsi, une lutte est lancée.

Dans le cadre de la lutte contre la criminalité faunique, les agents de la division provinciale des eaux et forêts avec les agents des forces de l’ordre ont mis la main sur un membre du réseau de trafic d’ivoire au Gabon. Dans son communiqué l’Ong Conservation justice a indiqué avoir eu l’information de source sûre. Cette dernière aurait livré des indications sur des transactions suspectes qui se déroulent à Mayumba dans la province de la Nyanga. Aussitôt les agents se mirent à explorer les pistes.

Assez renseignés sur les cas, une descente sera planifiée par les enquêteurs très tôt le matin au moment où devrait se dérouler la transaction. C’est alors que des déplacements suspicieux de cargaisons de marchandises non identifiées par un individu vont attirer l’attention des agents. Suivant ses mouvements, ce dernier sera cueilli alors qu’il pénétrait dans la chambre d’hôtel pour finaliser le forfait. Il s’agit d’un sujet camerounais mis aux arrêts âgé de 32 ans et répondant au nom de Fabrice Biakeu.

La marchandise saisie est estimée à 76 kg répartis en 16 pointes sectionnées en 28 morceaux et 2 pointes. Ces pointes d’ivoire ont été  sectionnées en plusieurs morceaux. Conduits au poste, le suspect est passé aux aveux. Il se serait procuré la marchandise en vue de la revendre aux plus offrant. Mais, il semble que le mis en cause soit un faussaire car la perquisition menée à son domicile a révélé que pour d’autres commerces illicites il usurpait l’identité d’Elvis Jackson Messi M’Edzang, de nationalité gabonaise.

Par ailleurs, l’acheteur de la marchandise se serait purement et simplement volatilisé. Placé en garde à vue à Tchibanga, le mis en cause attend d’être présenté devant le Procureur de la République. Il s’expose aux dispositions des articles 92, 274 et 275 du code forestier gabonais relatifs à la détention, au transport et à la commercialisation de produits d’une espèce intégralement protégée. A cela devrait se greffer le faux et usage de faux.

Laissez votre commentaire