dimanche,24 octobre 2021
AccueilA La UneGabon: un réseau de trafiquants de tests covid-19 démantelé dans un cyber...

Gabon: un réseau de trafiquants de tests covid-19 démantelé dans un cyber café de l’UOB

Ecouter cet article

Jean Pierre Kamboulou et Émile Davy Ella respectivement de nationalités congolaise et gabonaise ont récemment été interpellés par les limiers de la Brigade de gendarmerie de Ntoum chef-lieu du département du Komo-Mondah. Il leur est reproché d’être à la tête d’un réseau de fabrication de faux tests covid-19 et d’autorisations spéciales de déplacements vers l’intérieur du pays dans leur cyber café sis à l’Université Omar Bongo (UOB).

Alors que le gouvernement gabonais s’évertue à opérationnaliser les mécanismes de riposte contre le Coronavirus qui continue de sévir sur le territoire national, des individus aux idées peu orthodoxes en ont cerné une brèche pour se remplir les poches. En effet, flairant l’opportunité de contrefaire des documents sanitaires, une bande de jeunes gens ont mis sur pied un réseau de fabrication de faux tests covid-19 et d’autorisations spéciales de déplacement vers l’intérieur du pays.

Pour parvenir à leurs fins, le gang de présumés malfrats dirigé par Jean Pierre Kamboulou et Émile Davy Ella avait fait de l’UOB son cartel. En effet, ils y effectuaient leur activité au noir grâce à un cybercafé dont ils assuraient la gestion. Selon une source proche de la Brigade de gendarmerie de Ntoum ayant surpris en flagrant délit les faussaires après avoir mis la main sur un de leur client. Signatures scannées du laboratoire Pr. Gahouma et ceux des ministres de l’Intérieur et de la Défense nationale.

Les personnes désireuses de s’en procurer déboursent entre 3.000 et 10.000 FCFA pour ce qui est des tests PCR négatifs. Quant aux autorisations spéciales, le service était plafonné à 20.000 FCFA. À l’heure où nous couchons ces lignes, l’enquête se poursuit et les mis en cause risquent gros. Pour rappel, le législateur gabonais prévoit dans le Code pénal en son article 112 relatif à la contrefaçon « un emprisonnement de 5 ans au plus et peut l’être, en outre, d’une amende de 5.000.000 de francs au plus ». Nous y reviendrons.

Laissez votre commentaire

Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Enami Shop