Gabon: Un polygame traîné en justice par sa première épouse pour tentative de contamination du VIH/SIDA

Tribunal d'Oyem © D.R

Une femme mariée sous l’option polygamique a décidé de traduire son époux devant les tribunaux. Et pour cause, elle le soupçonne d’avoir été contaminé par sa seconde épouse qui serait porteuse du VIH/Sida et que ce dernier tenterait de le lui transmettre. Interdit de quitter la province, le mari comparaîtra ce jeudi 28 mars 2019 au tribunal d’Oyem.



L’affaire défraie la chronique dans les différentes artères de la capitale provinciale du Woleu-Ntem, au vue de son aspect rocambolesque. En effet, un mari polygame est accusé par sa première épouse de vouloir lui transmettre la maladie contractée avec sa nouvelle femme. Récusant les allégations de sa femme, le mari a exigé des preuves tangibles avant de proférer des menaces de mort sur sa conjointe. Une situation qui aurait contraint la famille de la plaignante a se tourner vers le tribunal de leur localité pour mettre un terme à ces agissements répréhensibles.

Selon le récit du quotidien L’Union de ce mercredi 27 mars 2019 les faits se seraient déroulés à Libreville où une femme a appris que son époux ambitionne d’intégrer une seconde femme à leur union. Chose qu’il fera avant d’aller à la retraite. Consciente qu’ils sont mariés sous le régime de la séparation des biens, option polygamie, la première épouse ne s’y opposera pas. Seulement, la nouvelle femme serait la veuve d’un séropositif et elle-même serait porteuse du virus. Informée, la rendra compte à son époux mais ce dernier jugera absurde les prétentions de cette dernière.

C’est alors que débutent les menaces de mort du bigame qui a ordonné à sa première épouse de quitter le domicile conjugal. Préparant une descente à Libreville pour mettre à exécution ses menaces, le mari sera interpellé par la gendarmerie d’Akam Essatouk puis présenté devant le parquet. Après instruction, il sera mis en liberté provisoire mais interdit de quitter le Woleu-Ntem en attendant de comparaître ce jeudi 28 mars. Quant à la seconde épouse, elle aurait quitté le foyer conjugal après que les révélations eurent été portées devant les tribunaux.

Laissez votre commentaire