jeudi,4 mars 2021
Accueil Derniers articles Gabon: un policier radié pour vol d’un groupe électrogène de 7 tonnes...

Gabon: un policier radié pour vol d’un groupe électrogène de 7 tonnes au Musée national

Le commandement en chef des forces de police nationale (FPN) Serge Hervé Ngoma est résolument décidé à redorer l’image de ce corps. Preuve manifeste de cet engagement, la radiation depuis sa nomination de 10 policiers, coupables de nombreux délits, au nombre desquels un agent de la Direction générale des opérations policières (DGOP) qui se serait rendu coupable du vol du groupe électrogène du musée national le 11 avril 2018.

Si on les pensait voués à la protection des personnes et des biens, les policiers gabonais brillent davantage par les actes peu valorisants qui ont fini par écorner leur image auprès des populations. Le comble c’est que les griefs qui leur sont faits très souvent seraient la partie visible de l’iceberg. Et pour cause, des délits graves ont été commis par certains d’entre eux ces derniers temps. Des actions viles que Serge Hervé Ngoma, commandant en chef des FPN a décidé de ne pas laisser impunies.

Pour ce faire, une cérémonie de radiation a été organisée le mardi 19 janvier dernier au sein de l’Etat-major des polices d’investigations (EMPI). Si les 10 agents révoqués par unité d’appartenance ont perdu le statut de policier pour divers faits, un cas a particulièrement retenu notre attention. Il s’agit du vol aggravé d’un groupe électrogène sur le site du Musée national dont le coupable ne serait nul autre qu’un des leurs. Le mis en cause est un agent de la Direction générale des opérations policières (DGOP).

Seulement, les voix s’élèvent pour s’interroger sur la réalité derrière cette accusation. Et ce, d’autant plus que l’appareil qui s’était volatilisé le 11 avril 2018 a un poids estimé à 7 tonnes. Cela sous-entend que déplacer ce groupe électrogène aurait nécessité l’appui logistique de plus d’une personne. A cet effet, le Commandement en chef de la Police aurait-il versé dans la légèreté procédurale en identifiant un bouc-émissaire plutôt que de poursuivre les investigations afin de démêler l’écheveau dans cette affaire ? Pour l’heure, il semble que la justice spectaculaire ait pris le dessus sur la raison. 

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Bestheinfusion