vendredi,14 août 2020
Accueil A La Une Gabon : un policier exige le paiement du «Coca» par Airtel money

Gabon : un policier exige le paiement du «Coca» par Airtel money

Pointés du doigt par les syndicats des transporteurs pour leur propension à infliger des contravention sans justification, certains agents des Forces de police nationale (FPN) semblent avoir développé de nouveaux moyens de racket pour le moins inhabituels. Pour preuve, le week end écoulé un élément de ce corps a sollicité le paiement d’une amende « forfaitaire » via Airtel money. 

- Advertisement -Global Media Time Gifpx

« Le Coca », cette expression bien connue des usagers de la route et plus particulièrement des taximen renvoie au paiement d’une amende lors d’un contrôle de police. Une situation devenue banale et qui semble être désormais la norme chez certains agents de forces de sécurité réquisitionnés dans le cadre des contrôles dans les différentes artères de la capitale.

Le week end écoulé, un usager qui tentait de rallier la voie express en empruntant le sens giratoire sous l’échangeur d’IAI a été surpris par la demande peu conventionnelle de l’agent verbalisateur. Après avoir fait le constat d’infraction, « une défaut d’assurance », confie-t-il,  l’agent lui aurait demandé de payer cash du montant « forfaitaire » de la contravention pour 10 000 FCFA. 

L’usager qui relate les faits sous couvert de l’anonymat, explique : « lorsque j’ai expliqué que je ne disposais pas de ce montant mais de juste 2000 FCFA, l’agent m’a quelque peu chahuté. Il m’a dit que le genre de voiture que je conduisais était quand même cher et que je devais quand même faire un petit geste, surtout avec le soleil qui frappait ce jourlà. Après négociation, il a accepté de prendre les 2000 mais m’a demandé le paiement du reliquat via Airtel money ». Un fait pour le moins curieux alors que la loi en la matière dispose que le paiement d’une contravention se fait au trésor public. 

Ce récit vient d’ailleurs remettre au goût du jour, le comportement inapproprié adopté par certains agents des Forces de police nationale, qui ont fait du racket une tradition lors des contrôles. 

Laissez votre commentaire

Mouss Gmt
Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Street 103 Gabon Gmt