mercredi,8 décembre 2021
AccueilDerniers articlesGabon: un père condamné à 13 ans de réclusion criminelle pour inceste...

Gabon: un père condamné à 13 ans de réclusion criminelle pour inceste sur sa fille

Ecouter cet article

La Cour criminelle ordinaire de Libreville vient de condamner Arsène Methezi à 13 ans de réclusion criminelle pour inceste sur sa fille de 13 ans au moment des faits. Selon nos confrères de L’Union, ce père de famille aurait abusé sexuellement de son unique fille avant de rejeter l’anathème sur une supposée emprise maléfique.

Depuis la reprise de la session criminelle, des cas de tous genres sont exposés aux juges qui s’évertuent à rendre tant bien que mal la justice. Et cette fois, la Cour devait se pencher sur une affaire aussi rocambolesque que surprenante. Selon le récit de notre confrère du quotidien L’Union, un père de famille répondant au nom d’Arsène Methezi en état d’ébriété aurait, en 2013, abusé de sa propre fille mineure.

Les faits se seraient déroulés dans la nuit du 20 au 21 septembre 2013. Ce soir-là, la jeune fille est étrangement invitée par son père à dormir avec lui en l’absence de sa concubine. C’est à cet instant qu’il aurait convaincu sa progéniture à consentir à un rapport sexuel avec lui. A la suite de l’acte, le père incestueux aurait déclaré à sa fille « je viens de te transmettre le pouvoir, je viens de te bénir, tu auras la prospérité ». Il aurait ainsi réussi à la dissuader de révéler leur intimité à quelqu’un.

Seulement, la gravité de cet acte abominable ne sera révélée qu’en 2014 durant une discussion entre soeurs où l’adolescente avait déclaré « je connais déjà les hommes grâce à papa ». Il n’en fallait pas plus pour mettre le feu aux poudres. Informée de la situation, la mère de la victime a aussitôt déposé plainte contre son ancien partenaire de vie. Le jour de sa comparution devant la Cour criminelle après 6 ans de détention préventive, le prévenu a reconnu les faits tout en indiquant avoir retenu la leçon. Il finira par demander pardon à sa fille.

Pour sa part, le ministère public n’a requis contre le prévenu que le crime d’inceste bien que la victime avait moins de 13 ans au moment des faits. En réaction, le conseil du mis en cause Maître Carole Moussavou a demandé des circonstances atténuantes en raison des actes de rémission de son client. Aux termes des plaidoiries, ce dernier a été reconnu coupable d’inceste et condamné à 13 ans de réclusion criminelle. Écroué depuis 2014, il devra encore passer 7 ans derrière les barreaux.

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Pub_Moov Money BGFIBank
Enami Shop