samedi,31 octobre 2020
Accueil A La Une Gabon : un militaire abat froidement son collègue à cause d'une femme...

Gabon : un militaire abat froidement son collègue à cause d’une femme à Minvoul

Un militaire a été tué par son collègue dans la nuit du samedi 28 au dimanche 29 décembre 2019 aux environs de 3 heures du matin au quartier Saint palmier dans la commune de Minvoul. D’après les informations recueillies auprès de la brigade centre de la localité, l’incident serait dû à une mésentente liée à une fille que les deux convoitaient depuis le bistrot où ils s’amusaient après leur sortie de la forêt Minkebe. Le mis en cause, en condition d’ivresse, est gardé à vue à la brigade de la localité. 

En mission à Minvoul, l’escadron des écogardes soutenus par des militaires s’apprêtait à regagner la capitale provinciale du Woleu-Ntem, Oyem quand il a appris que leur bus ne viendrait que le lendemain. Suite à quoi, ils ont décidé d’aller se divertir au quartier dit Pays-Bas. Divertissement assuré, les militaires prévoient de rentrer avec une fille à chacun, afin de rattraper les fêtes qu’ils ont raté quand ils étaient en forêt.Coïncidence ou pas, les deux draguaient la même fille qui ne semblait pas gênée d’être la cible de deux frères d’armes. 

D’après une source proche de la gendarmerie, le sergent chef aurait réussi à persuader la demoiselle de dormir avec lui. Frustré, son collègue caporal chef entreprit de noyer son chagrin dans l’alcool.  « Il est resté seul afin de vider les bouteilles d’alcool qu’il avait commandées pour impressionner la fille », a indiqué la gérante du bistrot à la rédaction de Gabon Média Time. Plusieurs minutes plus tard, le mis en cause décide de rentrer au casernement sis à Saint-Palmier. Là-bas, il croisera à nouveau la jeune fille enlacée avec son supérieur hiérarchique. 

En passant, la victime l’aurait nargué en l’appelant  « jeune ». Il n’en fallait pas plus pour qu’une rixe verbale éclate. À la suite de quoi, le caporal chef s’est rendu au siège de WWF où ils étaient casés et s’est saisi d’une arme. De retour, juste devant la maison il tire à bout portant sur son collègue qui instantanément rendra l’âme. Un bruit qui réveillera le voisinage. N’oppsoant aucune résistance en raison de son état d’ébriété, le tireur sera conduit par les limiers à la brigade où il demeure en garde à vue. 

Un bien triste épisode qui vient remettre sur le tapis la question des recrutements tous azimuts dans les corps dits habillés. Et pour cause, comment justifier qu’un soldat de l’armée de terre censé aller au front puisse craquer et utiliser son arme pour si peu ?  Toujours est-il que la fille native de Minvoul a regagné sa famille qui refuse qu’elle s’exprime en raison du traumatisme subi. La suite de l’affaire est entre les mains de la Justice. 

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion