Gabon : un leader du Front uni des jeunes de l’opposition rejoint les SDG

Gabon Gabonmediatime Amiss Kombo Sdg Gabon
L'ancien leader du Front uni des jeunes de l'opposition Amiss Kombo © GMT

Il n’est un secret pour personne que le parti les Sociaux démocrates gabonais (SDG) a, depuis les élections législatives et locales d’octobre 2018, le vent en poupe au sein du landerneau politique. Un succès qui a abouti à des adhésions en cascade de militants de formations politiques de la majorité comme de l’opposition. La dernière en date est sans aucun doute celle du membre fondateur du Front uni des jeunes de l’opposition (FUJO) Amiss Loic Kombo qui s’était révélé lors de l’élection présidentielle de 2016 en soutenant l’ancien président de la Commission de l’Union africaine Jean Ping. 


Au moment où le camp politique de l’opposition semble être empêtré dans un statu quo qui ne dit pas son nom, plusieurs acteurs politiques de ce bord entreprennent de sauter le pas et envisager un autre tournent à leur carrière politique. C’est le cas du membre fondateur du Mouvement La voix du Mapane et du Front unis des jeunes de l’opposition Amiss Kombo, qui dans un entretien accordé à Gabon Media Time tenu à expliquer sa prise de position actuelle. 

Abordant les raisons de sa prise de distance avec l’opposition, il a indiqué que le constat de stagnation observée ces dernières années avait motivé son départ de ce bord politique. « Depuis 1993 l’opposition gabonaise n’a pas su se réinventer et elle a tendance à reproduire les mêmes erreurs. Nous avons l’impression de demeurer dans les mêmes travers en passant par une élection présidentielle contestée et par la suite le boycotte des législatives. Nous estimons que cela ne fait pas avancer le combat démocratique », a-t-il souligné. 

Chantre d’un renouvellement de la classe politique, le jeune leader de la Voix du Mapane Amiss Kombo a également tenu à indiquer que son adhésion aux Sociaux démocrates gabonais se veut être une décision pragmatique. « Après un temps de réflexion, j’ai décidé de rentrer au SDG parce que c’est un parti qui partage des valeurs semblable aux miennes. Il n’y a ni majorité, puisque le parti n’a jamais signé la charte de ce camp politique, ni de l’opposition. Tout ce qui compte c’est le Gabon », a-t-il martelé. 

Laissez votre commentaire