Gabon: un fervent chrétien condamné pour viol sur sa nièce de 7 ans à Mouila

Axe Fougamou - Mouila © D.R

Un jeune chrétien pratiquant, Astaire Poli Fenn âgé de 24 ans réputé pieux ,  vient d’être condamné à 11 ans de réclusion criminelle dont 6 avec sursis par la Cour criminelle de Mouila dans la province de la Ngounié. Pour cause, il est reconnu coupable du viol commis le 16 avril 2018 sur la fille de sa cousine âgée que de 7 ans.



Le dénouement dans l’affaire de viol qui avait secoué la capitale de la province de la Ngounié est enfin connu. Pour rappel, le 16 avril 2018 alors que Mounongou Moutsinga rentre de ses activités professionnelles, elle constate en allant doucher sa fillette de 7 ans que cette dernière est fiévreuse. Elle lui administre tout bonnement les soins mais la situation ne semble pas évoluer. C’est alors qu’elle a entrepris de questionner l’enfant qui lui confiera que Astaire Poli Fenn lui a fait « les choses impolies ».

Désemparée, la maman va examiner la fillette. Elle constate un écartèlement et des lésions au niveau du vagin de l’enfant. De suite, elle a déposé plainte contre son jeune cousin qui sera interpellé et interrogé. Il a confié aux agents qu’il a simplement frotté son pénis tout autour du vagin de sa nièce sans la pénétrer. Lors de sa comparution le criminel sexuel est présenté comme un être jouissant de toute ses facultés morales et intellectuelles et de sur quoi, il est un fervent chrétien au sein d’une assemblée où il prêche la parole occasionnellement.

Présenté devant le parquet, l’accusé ne changera pas de version des faits mais cela ne lui attire pas la clémence du ministère public représenté par Diane Mauricette Mbie substitut du procureur. Cette dernière va sur la base des articles 256 et 259 du code pénal rappeler au mis en cause la gravité de son acte. « Sieur Astaire Poli Fenn, le sexe qui vous a procuré du plaisir, c’est le même sexe qui va provoquer votre chute », a-t-elle martelé devant la Cour. Avant de requérir 25 ans de prison ferme contre le présumé violeur.

La défense assurée par Maîtres Ange Kevin Nzigou et Francois Méyé, a quant à elle mis en exergue l’absence de preuve de pénétration et la bonne foi lors des auditions de leur client et demander une requalification des faits en agression sexuelle. Pour sa part, l’accusé s’est excusé auprès de la famille, de la Cour et de la société en faisant son mea culpa. Lors de la délibération, il a été reconnu coupable de viol sur mineure de moins de 15 ans et condamné à 11 ans de réclusion criminelle dont 6 avec sursis.  

Laissez votre commentaire