Gabon : un faux commandant de douanes écroué à Gros-Bouquet

Gabon Gabonmediatime Prison Central De Libreville
Prison central de Libreville © D.R.

La direction de la sûreté urbaine (DSU) vient de mettre hors d’état de nuire un escroc récidiviste répondant au nom de Pierre Boussougou Boussougou qui usurpait le titre de commandant de douanes pour arriver à exécuter sa supercherie. Le mis en cause a été placé, une nouvelle fois, en détention préventive à la prison centrale de Libreville où il attendra d’être jugé alors que ses acolytes courent encore. 


Le monde des affaires est devenu dangereux pour ceux qui y exercent. En ce sens que la mode est à la duperie par des êtres mal intentionnés. Ce ne sont pas les victimes de Pierre Boussougou Boussougou qui diront le contraire. En effet, ce Gabonais de la quarantaine, bien connu des procureurs, avait monté un réseau d’escrocs dont il était lui-même le grand architecte. Et cette fois, le délinquant récidiviste a décidé d’usurper le titre de commandant de douanes pour légitimer ses basses besognes auprès de sa clientèle aisée.

Selon le rapport des agents de la DSU  le mis en cause et sa caste d’escrocs s’étaient lancés dans la vente de voitures de luxe. Seul bémol, ceci n’était qu’une duperie. En effet, Pierre Boussougou avait pris l’habitude de conduire sa clientèle au port d’Owendo où ses complices feignaient d’y travailler et d’être sous ses ordres. Seulement, en tentant d’arnaquer un agent des douanes à qui il  s’est présenté comme commandant de douanes sans pourtant être convaincant, il va éveiller des soupçons. C’est cette suspicion qui intriguait l’agent en civil et qui le conduira à dénoncer l’usurpateur. 

Interpellé, Boussougou Pierre passera aux aveux tout en prétextant agir sous l’effet du suivisme. Une version peu suffisante pour convaincre les agents de la Direction de la sûreté urbaine (DSU) tant l’individu est coutumier du fait. Pour l’heure, ses complices sont encore en fuite. Le présumé usurpateur et escroc a été placé en détention préventive à la prison centrale de Libreville dit « Sans famille » où il attendra d’être fixé sur son sort.

Laissez votre commentaire