Gabon: Un endettement (un peu) moins important que prévu

© D.R

La possible relance de la croissance au Gabon, entraînant la régularisation des créances auprès des bailleurs de fonds, en plus du règlement de la dette intérieure, devrait selon les dernières prévisions du FMI, faire passer la dette publique gabonaise de 64,2% initialement prévus à 59% du PIB en 2017.



Un peu moins alarmante donc, la proportion d’endettement prévu par le FMI, au sortir de leur mission d’évaluation, ne devrait donc pas atteindre les 60%. Alex Segura-Ubiergo, qui était en charge de cette mission a estimé que «la dette publique gabonaise devrait atteindre 59% du PIB en 2017, au lieu des 64,2% prévus initialement, grâce notamment à l’appréciation du taux de change et aux efforts de maîtrise des finances publiques».

En outre, au mois de Septembre 2017, la situation de la dette publique s’est caractérisée par une hausse des règlements  et du stock de la dette entre autre, selon la direction de l’économie, qui affirme qu’au cours de cette période, les échéances honorées par l’Etat s’élevaient à plus de 288 milliards de Fcfa, dont 46 milliards au titre des arriérés.

Il est cependant important de souligner que ces 288 milliards de Fcfa, intègrent la dette intérieure avec plus de 163 milliards de Fcfa, en hausse de 22,4%, et les créanciers extérieures 125 milliards de Fcfa. Dès 2019, avec l’application des mesures visant le redressement des finances publiques, dans le cadre de l’accord avec le FMI, le stock de la dette devrait connaître une réduction.

Laissez votre commentaire