Gabon: un dialogue social sous fond de tension

Le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale © D.R

Le gouvernement a ouvert officiellement les discussions avec les partenaires sociaux ce mardi 23 avril. Cette rencontre aux multiples attentes sera un véritable baptême du feu pour le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale qui boucle là également ses 100 jours à la tête du gouvernement. En dépit de l’accalmie du moment, le pays reste sous tension.

GABON LIBREVILLE

Le climat social gabonais est en ébullition depuis des mois et ce, malgré l’accalmie observée ces derniers jours. C’est d’ailleurs face à cette grogne sociale que le chef du gouvernement Julien Nkoghe Bekale a lancé l’appel au dialogue la semaine dernière. Ainsi, depuis ce matin du mardi 23 avril, le gouvernement a ouvert les discussions avec les partenaires sociaux des secteurs public et privé dans un hôtel de la capitale, lit-on dans un communiqué de la primature.

Cette rencontre est l’occasion pour le chef du gouvernement de faire un bilan d’étape, cent jours après sa prise de fonction, et d’échanger sur les récentes réformes sectorielles impulsées par son équipe. A côté de cela, il sera également question d’échanger dans un climat constructif et apaisé sur l’instauration d’un dialogue social permanent avec l’ensemble des partenaires.

Par ailleurs, pour une frange de la société civile, ce dialogue serait une diversion et une perte de temps. « Le pouvoir moribond veut gagner du temps. Ils n’ont pas les moyens de répondre aux revendications actuelles des Gabonais. Ils le savent. Le pouvoir est vacant et c’est la préoccupation du moment. Toutes les décisions prises en l’absence du président sont nulles », a déclaré Marc Ona Essangui, coordonnateur de la campagne « Tournons la page » au Gabon.

La semaine dernière déjà, le conseiller municipal et syndicaliste Marcel Libama dénonçait une rencontre à sens unique. Aujourd’hui, il a affirmé ne pas vouloir prendre part à un évènement joué d’avance. « Comme toujours, il ne faut pas compter sur moi pour participer à cette parodie de dialogue où les dés sont pipés d’avance », a-t-il déclaré ce mardi 23 avril sur sa page facebook. Tandis que pour les médecins,  « le dialogue politique organisé par le gouvernement Julien Nkoghe Bekale c’est du yoyo politique », a affirmé le docteur Adrien Mougougou, président du Syndicat des médecins fonctionnaires du Gabon (Symefoga).

Contactés par Gabon Media Time, le secrétariat national en charge de la communication du Parti démocratique gabonais (PDG) n’a pas pu nous orienter vers un membre de cette formation politique proche du gouvernement  pour un commentaire sur cette rencontre. Les personnalités du PDG attendent peut-être un mot d’ordre ou la sortie du gouvernement pour prendre position. Bon ou mauvais timing, ce dialogue social aura au moins eu le mérite de rassembler les Gabonais. Seules des conclusions utiles pour le bien-être des Gabonais pourront satisfaire l’opinion nationale.

Laissez votre commentaire