Gabon: un Conseil des ministres « d’ici la fin de la semaine», selon Maganga Moussavou

Pierre Claver Maganga Moussavou © D.R

Après la confusion née autour de l’annonce ce mardi 13 novembre 2018 de la tenue d’un Conseil des ministres présidé par le Vice-president Pierre-Claver Maganga Moussavou, cette information pourrait être avérée. Contacté par l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique, l’ancien maire de Mouila pourrait bien être aux commandes de cette séance dans les jours à venir en l’absence du Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, toujours hospitalisé à  Riyad en Arabie Saoudite.

L’annonce a été faite en fin d’après-midi via un tweet sur le fil de la chaîne d’information en continu Gabon 24, et avait suscité quelques minutes seulement un véritable tollé sur les reseaux sociaux. Une annonce qui a vite fait d’être supprimée par les tenants du compte twitter, donnant l’impression d’une vraie fausse nouvelle. Sauf que selon Jeune Afrique, cette dernière était bel et bien vraie.

« Le Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet, a en effet saisi la Cour constitutionnelle, qui a le pouvoir d’autoriser le vice-président à convoquer une séance en cas de circonstances exceptionnelles », a indiqué l’hebdomadaire. En l’absence d’habilitation expresse du président de la République, il reviendrait, selon la loi organique n°11/98 fixant les modalités de délégation des fonctions de président de la République au vice-président de la République, citée par Jeune Afrique et que nous n’avons pas consulté, à la haute juridiction, présidée par Marie-Madeleine Mborantsuo, d’autoriser à Pierre-Claver Maganga Moussavou de conduire un Conseil de ministres.

Par ailleurs, le vice-président, a confirmé à à nos confrères ce mercredi 14 novembre, que l’autorisation de la Cour constitutionnelle pourrait intervenir rapidement et un Conseil des ministres pourrait avoir lieu « peut-être d’ici la fin de la semaine ». Reste à savoir par la suite si l’opinion s’accommodera d’une situation aussi inédite, le Gabon n’ayant jamais connu ce cas de figure.  

Laissez votre commentaire