Gabon : un commerçant frôle la mort en tentant de fuir les agents de la mairie

Gabon Gabonmediatime Charbonnages Gabon
Rond point des Charbonnages à Libreville © D.R.

Les contrôles sur le paiement des taxes effectués par le service technique municipale ont failli occasionner un drame devant le magasin Ckdo sis aux charbonnages. Et pour cause, un commerçant a été violemment percuté par un véhicule alors qu’il tentait d’échapper aux agents de la mairie du 1er arrondissement. 


La mairie du premier arrondissement sise au Haut de Gué-Gué vient d’échapper à un drame qui aurait pu salir son image. En effet, selon le site Gabonactu, un vendeur à la sauvette aurait manqué de peu de passer de vie à trépas devant le Ckdo des Charbonnages lors d’une descente musclée des agents municipaux. 

Selon le récit de notre confrère, alors que le commerçant exerçait paisiblement, un pickup blanc va surgir de nulle part avec à son bord des jeunes gens sans uniformes. Identifiés par les commerçants comme des agents de la mairie, ces derniers prennent la poudre d’escampette. Dans la précipitation et la crainte de voir sa marchandise être saisie, le vendeur à la sauvette sera heurté par une voiture venant de l’axe aéroport. 

Projeté avec son ballot en mains, ce commerçant n’aura la vie sauve que grâce au fait que le véhicule ne roulait qu’à 40 km/h. Une scène qui a failli tourner au drame. En effet, « la victime était sous ladite voiture , la tête coincée avec une énorme plaie sur le front et à la nuque », a témoigné un commerçant présent lors du drame.

Face à cette situation les populations se sont ruées violemment vers le chef de file des agents qui sera tiré de cette passe grâce à la protection des policiers sous l’échangeur. « La fuite des vendeurs est motivée par l’attitude pernicieuse de certains agents à confisquer leurs marchandises même quand ils sont à jour », a témoigné un ancien agent de la municipalité de Nkembo.

Ce type d’incident est récurrent  dans les rapports entre les commerçants et les agents municipaux. Pour rappel, le syndicat autonome des commerçants (SAC) a saisi le tribunal de première instance de Libreville, le 7 Août 2019, contre la Mairie de Libreville. Au coeur de cette plainte,  la restitution des marchandises saisies après paiement. Des méthodes peu amènent qui interrogent sur les réelles motivations de certains agents municipaux.

Laissez votre commentaire