Gabon: un ancien directeur de cabinet d’Ali Bongo fustige la réforme des bourses

Samuel Ngoua Ngou ancien directeur de cabinet adjoint d'Ali Bongo Ondimba © D.R

C’est dans une publication sur son profil Facebook ce jeudi 11 avril que Samuel Ngoua Ngou a pris position sur la question des réformes de l’éducation qui font polémique au Gabon. Pour l’ancien directeur adjoint de cabinet adjoint du président de la République Ali Bongo Ondimba, les nouvelles mesures du gouvernement sont fumeuses.

Syndicaliste parmi les plus irréductibles qu’à connu le Gabon, Samuel Ngoua Ngou a longtemps milité au sein du Syndicat de l’éducation nationale (Sena) et a entre autre obtenu du gouvernement la construction d’établissements scolaires publics. Nommé directeur de cabinet adjoint d’Ali Bongo Ondimba, puis débarqué de cette haute fonction, aujourd’hui il s’inscrit en faux par rapport au durcissement des conditions d’accès à la bourse d’études. « Je ne saurais nullement défendre les mesures iniques, injustes, inopportunes et antisociales prises par le gouvernement dans le cadre d’une fumeuse réforme des bourses », a-t-il déclaré.

Atterré par les nouvelles orientations d’attribution des bourses qui limitent désormais l’âge à 19 ans pour une moyenne minimum de 12 sur 20, l’ancien directeur de cabinet du chef de l’Etat gabonais a rappelé sa condition sociale et l’important rôle qu’a joué l’Etat dans sa vie. « Fils de paysan, je suis reconnaissant à la République et à ce qu’elle m’a offert comme opportunités d’apprentissage scolaire ; sans lesquelles  j’aurais naturellement succédé à mon père dans ses plantations de cacaoyers à Mebama », a-t-il ajouté.

Cependant, Samuel Ngoua Ngou, ancien condisciple de classe du chef du gouvernement, a tout de même tenu à en appeler à plus de respect de la personne du Premier ministre malgré les raisons que les Gabonais peuvent avoir de critiquer son action. « Le Premier Ministre actuel, dont je ne suis pas un proche, peut/doit être attaqué en cette qualité circonstancielle lorsque cela est nécessaire, mais évitons de diffamer gratuitement la personne, notamment sur son brillant parcours scolaire et universitaire, ou, éventuellement, en tant que père de famille. Cela vaut pour chacun de nous », a-t-il conclu, tout en précisant que Julien Nkoghe Bekale a eu son Bac à 20 ans.

Laissez votre commentaire