vendredi,26 novembre 2021
AccueilA La UneGabon : tuée par balle au PK 7, Chimène Mangongo enterrée à...

Gabon : tuée par balle au PK 7, Chimène Mangongo enterrée à Mbigou dans la terre de ses ancêtres

Ecouter cet article

Chimène Flore Bitoghie Mangongo commerçante froidement et lâchement abattue par les forces de Police selon des proches et la famille dans la nuit du Jeudi 23 janvier au vendredi  24 janvier 2020, a été inhumée dans la stricte intimité dans son village natale au Sud du Gabon, dans le département de la Boumi-Louetsi à Mbigou. Une étape importante pour la famille qui a d’abord souhaité enterrer sa fille avant de revenir battre le pavé et mener ce combat visant à faire toute la lumière sur cet acte ignominieux qu’on affuble aux Forces de police nationale.  

La dépouille de Chimène FLore Bitoghie Mangongo exposée le jeudi 13 février à Gabo-SEP a drainé du monde entre membres de la famille et anonymes émus et touchés par cette disparition tragique, lesquels sont venus rendre un dernier hommage à cette mère de famille qui aurait été victime de la lâcheté de nos Forces de police nationale. Tristesse, désolation et larmes se mêlaient à la colère et aux récriminations des proches de la défunte qui s’interrogent toujours sur les raisons ayant motivé un agent des forces de l’ordre à ôter la vie de leur fille. 

C’est le samedi 15 février que Chimène Flore Bitoghie dont le corps a quitté Libreville pour le Sud du Gabon a été enterrée dans son village natal à Mbigou dans le département de la Boumi-Louetsi. A moment où on mettait en terre cette compatriote, mère de famille qui laisse des  enfants aujourd’hui orphelins, aucune communication, ni de la préfecture de Police nationale, ni du parquet de la République n’a été enregistrée. 

Pourtant voici bientôt 4 semaines que dame Chimène Flore Bitoghie Mangongo, compatriote commerçante exerçant son activité de vente de vin de palme au Pk7 a été abattue par balles dans la nuit du 23 janvier 2020. Une plainte en bonne et due forme rédigée et déposée au parquet par la famille contre les forces de police nationale. Plainte faisant état de l’homicide de leur regrettée fille, soeurs, mère et tante. Le « le vendredi 24 janvier 2020 aux environs de 23 heures, ma fille qui exerce un petit commerce au petit marché du PK7 a été abattue par des agents qui seraient de la police en patrouille » pouvait-on lire dans la plainte. 

Contactée par la rédaction de Gabon Media Time, un proche de la famille a informé « qu’une autopsie pratiquée sur le corps avait été réalisée pour confondre la police nationale qui véhicule l’idée selon laquelle la défunte aurait été abattue non pas par un de ses éléments mais par un civil ». Des arguments réfutés par les membres de la famille qui comptent bien prouver que les faits qu’ils allèguent sont parfaitement fondés. 

Laissez votre commentaire

Gabon Media Timehttp://gabonmediatime.com
Gabon Media Time est un site d'actualité dont le slogan est " A l'heure de l'info". Nous entendons réinventer l'actualité en ligne gabonaise et sous régionale.
Enami Shop