mardi,19 octobre 2021
AccueilA La UneGabon: transport de militants par le PDG dans le 3ème arrondissement de...

Gabon: transport de militants par le PDG dans le 3ème arrondissement de Libreville

Ecouter cet article


Le clientélisme et l’achat de conscience ont encore de beaux jours à vivre au Gabon. A l’heure où la campagne électorale  bat son plein, il n’est pas rare de voir des candidats s’adonner à ces pratiques pour donner l’impression d’une adhésion populaire. C’est le cas des candidates investis par le Parti démocratique gabonais (PDG) Rose Christiane Ossouka Raponda et Marie Joséphine Kama Dabany qui ont déplacé des centaines de compatriotes pour le lancement de leur campagne électorale.

En effet, la tête de liste PDG par ailleurs maire sortante, Rose Christiane Ossouka Raponda et ses colistiers ont brillé par cette pratique, en déplaçant militants et sympathisants des quatre coins de la commune pour prendre part à leurs différentes rencontres. Selon les témoignages des badeaux enrôlés pour l’occasion, ils ont eu droit pour certains à 10 000 Fcfa, d’autres 15 000 Fcfa. Les racoleurs ayant comme à leur habitude extrait leur cote part dans les enveloppes mises à leur disposition pour l’occasion.

Lors de ce rassemblement «sitôt entrées en possession de leur dû, les mercenaires des applaudissements ont enlevé leurs tee-shirts dans la rue, d’autres pour narguer les pdgistes, les ont utilisés pour essuyer leurs chaussures», confie nos confrères de l’hebdomadaire La Loupe. Des comportements qui selon certains observateurs, ternissent l’image de cette jeune démocratie qu’est le Gabon et qui au demeurant ne donnera aucune légitimité aux élus locaux si par extraordinaire ils sont portés au pinacle.

Le transport de militanats et sympathisants pour prendre part aux meetings, bien que n’étant pas proscrit par le Code électoral est souvent interprété par le commun des Gabonais comme un moyen qui louvoie la capacité à mobiliser de certains acteurs politiques et avec la campagne qui se déroule actuellement, il est à craindre que de tels scénarios se multiplient jusqu’au jour du scrutin et entraînent des remous au moment de la proclamation des résultats des élections. Ces comportements facteurs de suspicion de fraude sont à éviter au cours de ce scrutin que le Chef de l’Etat veut transparent. 

Laissez votre commentaire

Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Enami Shop