Gabon Télévisions: Bilie-By-Nze surpris par la violence du propos de Mapangou

Guy Bertrand Mapangou et Alain Claude Bilie-By-Nze © GMT

L’arrivée de Guy Bertrand Mapangou, au ministère de la Communication ne cesse de faire couler encre et salive. Dans le cadre d’une interview qu’il a donné, ce lundi 28 mai, sur les ondes de la radio Urban Fm, Alain Claude Bilie-By-Nze, actuel ministre des Sports et de la Culture, a répondu aux propos de son collègue de la Communication qui dans une récente sortie a fustigé les conditions de travail des agents du groupe Gabon Télévisions.

Invité du Dafresh Morning, un programme matinal de la radio Urban FM, Alain Claude Bilie-By-Nze, a récusé les propos de Guy Bertrand Mapangou faisant état des conditions de travail des agents de Radio Gabon et Gabon 1ère, «jugées exécrables».

Aux multiples interrogations posées par les présentateurs de ladite radio, sur la sortie de son collègue datée du 23 mai dernier, l’actuel ministre de la Culture, surpris, s’en est vigoureusement défendu. «J’ai été assez surpris par la violence du propos. Celui-ci n’est pas acceptable lorsqu’on est collègue dans un même gouvernement» a-t-il indiqué.

Alain Claude Bilie-By-Nze, relève ainsi que l’attitude de l’actuel ministre de la Communication s’inscrit dans une longue liste «de rivalités politiques». Il en a profité pour se dédouaner de toutes responsabilités portant sur les conditions de travail des agents dudit groupe, affirmant que «le bâtiment de la Maison Georges Rawiri, a été livré avec des malfaçons, chacun le sait. Je me demande d’ailleurs s’il n’y avait pas dessus une forme d’obsolescence programmée».

Simple soupçons où faits avérés, la première guerre de chefs du gouvernement Issoze Ngondet III semble bien être déclarée. De quoi donner du blé à moudre aux opposants. D’autant plus que depuis son arrivée à la tête de ce département ministériel, Guy Bertrand Mapangou, s’est empressé à détricoter les mesures de son collègue, à l’instar de la réhabilitation des 26 agents réfractaires au casting et le refus de la mise sous tutelle de Kanal 7 par le groupe Gabon Télévisions.

Laissez votre commentaire