Gabon: le taux d’inflation en hausse de 5% au premier trimestre

Marché de Mont Bouet © D.R

Alors que le taux d’inflation poursuit sa tendance baissière en zone UEMOA, en Afrique centrale et particulièrement au Gabon celui-ci suit la courbe inverse. Ainsi, selon les données fournies par la dernière note de conjoncture sectorielle, sur les trois (3) premiers mois de l’année 2019, les pressions inflationnistes ont persisté affichant un taux de 4,7%. 



Plusieurs points clés sont à noter dans la dernière note de conjoncture sectorielle élaborée par les services de la Direction générale de l’Economie et de la Politique fiscale (DGEPF). Ainsi, entre hausse des prix de certains produits et baisse du pouvoir d’achat des ménages, c’est le taux d’inflation qui en pâtit. 

Comme le souligne le rapport de la DGEPF, sur les trois (3) premiers mois de l’année 2019, les pressions inflationnistes ont persisté. Malgré une très légère baisse du rythme de croissance entre le dernier trimestre 2018, l’inflation mesurée par l’Indice Harmonisé des Prix à la Consommation des ménages d’Owendo, Akanda et Libreville, affiche un taux de 4,7% en moyenne annuelle contre 2,7% sur la même période en 2018.

A cet effet, les prix ont notamment progressé de 3,0%, voyant ainsi l’indice global s’établir à 142,5 points en moyenne au premier trimestre 2019 contre 136,0 points sur la même période en 2018. Selon la DGEPF, cette hausse est liée à celle des prix des postes « Produits alimentaires et boisson non alcoolisées » (+5,6%), « Logement, eau, gaz, électricité » (+5,0%), « Transport » (+5,1%), « Communications » (+10,6%), « Enseignement » (+24,3%) et « Santé » (+5,9%).

La mise en place de la nouvelle mercuriale portant sur les produits alimentaires, n’aura donc pas permis de contenir la hausse des prix de ces produits, qui est davantage prononcée sur les fonctions Pains et céréales (+9,4%) et sur les Légumes et tubercules (+19,8%). Face à cette situation qui vient un peu plus plomber le pouvoir d’achat des ménages, il est plus que temps que des mesures correctives soient appliquées par le gouvernement.

Laissez votre commentaire