Gabon: le TAS conforte Pierre Alain Mounguengui à la tête de la Fegafoot

Pierre Alain Mounguengui, Président de la Fegafoot © GMT

La réélection de Pierre Alain Mounguengui à la tête de la Fédération gabonaise de football (Fégafoot) le 21 avril dernier à Lambaréné, avait suscité pas mal de remous au sein de la communauté sportive et footballistique gabonaise. Ainsi, pour mettre fin au débat et légitimer un président jusquelà contesté, le Tribunal arbitral du sport (TAS) vient de conforter la victoire de PAM.

C’était le 21 avril dernier à Lambaréné, Pierre Alain Mounguengui candidat à sa propre succession, était réélu dès le premier tour du scrutin de l’instance dirigeante du football gabonais. C’est donc à la suite de cette élection contestée que Bosco Alaba-Fall troisième du scrutin et principal opposant à Pierre Alain Mounguengui a saisi les instances internationales dont le Tas.

En effet, après que la Fédération internationale de football association (FIFA) eut rendu un premier verdict favorable à Pierre Alain Mounguengui suite à la plainte déposé par Alaba Fall qui soulignait « de nombreuses irrégularités ». C’est cette fois au tour du Tribunal arbitral du sport (TAS) de se déclarer en faveur du président de la Fegafoot qui, un brin moqueur, a déclaré dans un entretien chez nos confrères de Gabon Review « je pense que monsieur Alaba Fall a dû abandonner ».

En indiquant dans son ordonnance que « la procédure arbitrale TAS 2018/5775 Bosco Alaba Fall Fédération gabonaise de football est clôturée et rayée du rôle du Tribunal arbitral du sport », la chambre arbitrale du Tas, par le biais de sa présidente Corinne Schmidhauser, met donc un point final à une procédure qui aura duré de longs mois et aboutit à un verdict peu surprenant.

Pour PAM, « tout est rentré dans l’ordre », lui qui a par la suite souligné dans cet entretien que « la saisine introduite par Bosco Alaba Fall bloquait le processus de versement de subvention de la Fégafoot, par la (Fifa) ». Rejetant ainsi « l’origine des six mois de salaires impayés du  personnel de la Fégafoot » sur l’instance internationale du Football. Si ce chapitre est définitivement clôt, les nombreux problèmes que rencontre le football gabonais sont toujours eux, bien présents.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire