vendredi,26 novembre 2021
AccueilA La UneGabon : surcharge dans les transports en commun, une pratique à bannir

Gabon : surcharge dans les transports en commun, une pratique à bannir

Ecouter cet article

Au Gabon, la surcharge dans les transports en commun a fini, au fil des années par s’installer comme une coutume bien ancrée dans la conscience populaire des usagers desdits moyens de transports. Si la pratique est née d’une volonté de permettre au plus grand nombre d’usagers de se déplacer au regard de la pénurie avérée de transports publics, il n’en demeure pas moins qu’elle représente un réel danger pour la sécurité des populations et ne cesse de perdurer ; encourager on pourrait le dire par le mutisme volontaire des autorités en charge de la régulation  des transports au Gabon. 

Le spectacle est communément le même, après la traditionnelle dispute des taxis surtout aux heures de pointe, c’est généralement entassé comme du « bétail » dans des « taxi-bus », le moyen de transport en commun par excellence que l’on voit les gabonais se déplacer, particulièrement dans la capitale du pays Libreville. Que ce soit en costumes-cravates pour les uns et talons hauts –tailleurs pour les autres tout le monde y passe. Pour pouvoir se déplacer, se rendre à son lieu de travail ou dans ses différentes activités, il faut accepter la contrainte de devoir se serrer dans des bus à quatre (4) par rangée, bien qu’ils soient prévus pour 3 places et ce, souvent sous une chaleur écrasante et sur un banc de fortune posé là en guise de siège, sans prise en considération des différents morphologies qui ne tendent pas toujours à faciliter la tâche déjà pénible .

Au-delà du caractère naturellement déplaisant et désagréable du fait de devoir se serrer à d’autres personnes en l’occurrence des inconnus, de nombreux inconvénients de cette pratique peuvent être mis à nu notamment au niveau sanitaire et sécuritaire. La trop grande proximité entraînant la mise en contact des fluides corporels constitue bien, un canal propice à la transmission des microbes et autres germes. Aussi, la surcharge des taxi-bus reste un facteur à haut risque en cas d’accident de la circulation. 

Si lors de son discours à la Nation le Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba a mis en point d’honneur le passage à l’acte dans la mise en exécution des projets devant aboutir au bien-être des populations gabonaises . Il aurait été également de rigueur de rappeler aux autorités détentrices du pouvoir décisionnel public que, le bien-être ne passe pas nécessairement par la mise en place des projets aux dotations financières faramineuses mais, qu’il peut se faire par la simple prise de décisions allant dans le sens d’améliorer les conditions de vie des populations.

Les autorités publiques en charge de la régulation des transports au Gabon sont donc invités à prendre leurs responsabilités pour garantir aux gabonais le droit d’être transporté dans des conditions décentes, au regard de la longévité du phénomène de surcharge qui témoigne clairement du laxisme et du désintérêt total de ceux-ci vis-à-vis des conditions de transport des gabonais.

EMM

Laissez votre commentaire

Gabon Media Timehttp://gabonmediatime.com
Gabon Media Time est un site d'actualité dont le slogan est " A l'heure de l'info". Nous entendons réinventer l'actualité en ligne gabonaise et sous régionale.
Enami Shop