Gabon: soupçons de détournement des fonds destinés au paiement des droits d’auteurs

© Union.sonapresse

Mais où est passée la manne destinée au paiement des droits d’auteurs aux artistes gabonais? C’est la question qui taraude les esprits ces dernières semaines au sein de cette corporation. Une situation qui a amené les artistes à monter au créneau lors d’un point de presse animé le mercredi 09 juillet dernier pour dénoncer « la gestion chaotique du Bureau gabonais des droits d’auteurs» et « exigé dans l’immédiat, le paiement du reliquat des droits d’auteurs». 



Réunis au sein de diverses associations telles que la Car, l’Assaga, la Fegath, Fegacc, Ajcag, les artistes gabonais ont tenu à interpeller le ministère de la Culture sur les dérives de l’entité gérée par Maximin Ondo Ella. Pour ce faire, ils n’ont pas hésité à énumérer ce qui selon eux, apparaît comme des dysfonctionnements « liés à la méconnaissance ou le refus d’appliquer les textes réglementant les droits d’auteurs au Gabon»

Lors de cette rencontre avec la presse, les artistes ont tenu à dénoncer avec fermeté la gestion du Bureau gabonais des droits d’auteur et des droits voisins (Bugada) qui selon eux « ressemble à celle d’une épicerie de village». En effet, alors que cette structure est chargée de collecter, auprès des opérateurs économiques, les taxes liées à l’utilisation des oeuvres, manne qui par la suite doit être reversée aux auteurs, les artistes disent n’avoir jamais reçu un copec depuis 2017. 

Ils ont par la suite fustigé le mutisme du ministre de tutelle Franck Nguema tout en exigeant « le paiement des droits d’auteurs pour le compte de l’année 2017, des explications sur le retard de paiement des droits d’auteurs pour le compte de l’année 2018, la distribution des cartes aux ayants droit et la mise en place d’un quota de diffusion des oeuvres de l’esprit en République gabonaise ». 

Sabine Kassa

Laissez votre commentaire