lundi,21 septembre 2020
Accueil A La Une Gabon: silencieux sur les suites de l’affaire Alexis Ndouna, André Raponat ...

Gabon: silencieux sur les suites de l’affaire Alexis Ndouna, André Raponat fait le point sur l’opération Scorpion

Un peu moins de deux mois après le déclenchement de l’opération anticorruption dite Scorpion entamée le 12 novembre 2019, par les forces de l’ordre, le procureur de la République près du tribunal de première instance de Libreville, André Roponat, à la faveur d’une déclaration de presse, a fait le point sur les suites de ce scandale politico-financier. Une sortie qui a été marquée par l’absence d’informations sur l’affaire Alexis Ndouna, récemment interpellé et extradé en terre gabonaise.    

L’opinion n’a pas oublié l’opération « Scorpion » née à la suite du scandale politico-financier inédit en République gabonaise, mêlant dirigeants d’entreprises, députés, membres du gouvernement et autres personnalités éminemment importantes de l’appareil étatique, interpellés pour des faits « de malversations financières, de blanchiment de fonds, concussion faux et usage de faux, complicité de détournement et distraction des deniers publics ». Opération qui du reste a vu tomber l’un des plus proches collaborateurs du président de la République, en l’occurrence Brice Laccruche Alihanga, ex Directeur de cabinet politique et civil d’Ali Bongo Ondimba, écroué à la prison centrale de Libreville, victime d’ailleurs, selon ses avocats, de « traitements inhumains » au bagne.  

C’est pour édifier l’opinion la population s’est longtemps plainte de l’opacité régnant autour de ladite affaire que le procureur de la République près le tribunal de première instance de Libreville André Patrick Roponat a tenu à se livrer à cet exercice visant à faire le point sur les suites de la procédure ayant conduit à l’interpellation de certaines personnalités présumées responsables. L’opération Scorpion a précisé le procureur compte à ce jour « 30 interpellations dont 6 personnes mises hors de cause, 4 personnes inculpées mais laissées en liberté provisoire et 20 personnes inculpées et placées sur mandat de dépôt »

On peut compter parmi ces 20 personnalités placées en mandat de dépôt, les ex ministres de l’Eau et de l’Energie Emmanuel Tony Ondo Mba, du Pétrole Noël Mboumba ou encore de l’Economie Roger Owono Mba mais également les responsables d’entreprises privées et parapubliques comme entre autres, Ismaël Ondias Souna, ex directeur général de la Société équatoriale des mines (SEM), Renaud Allogho Akoue, ex dirigeant de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS) et l’ancien porte parole de la Présidence Ike Ngouoni. 

A ces informations viennent se greffer celles relatives à l’émission de « deux mandats d’arrêt internationaux contre Gervais Martial Koulayo et Nze Minko Raphaël » respectivement ancien responsable de Easytech et vice-président du Mouvement républicain et citoyen (MRC). Bien que précisant l’effectivité des mandats d’arrêt internationaux, le procureur de la République près le tribunal de première instance de Libreville, André Patrick Roponat a tenu à réaffirmer la volonté du parquet à respecter la présomption d’innocence qui selon lui guide cette procédure visant l’assainissement des finances publiques.   

Un fait à souligner dans cette sortie dAndré Patrick Roponat, le mutisme du parquet sur les suites de l’affaire Alexis Ndouna, le présumé pédophile, prédateur sexuel sur qui pesait un mandat d’arrêt international, finalement interpellé au Congo Brazzaville et extradé à Libreville le 27 décembre 2019 dernier. Depuis son retour à Libreville menotté, le parquet n’a plus jamais communiqué sur cette affaire. Alexis Ndouna a t-il été présenté devant le juge ? A t-il reconnu les faits? Est-il placé en mandat de dépôt ? 

Les Gabonais attendent des réponses du ministère public car impatients d’être édifiés sur ce scandale qui a indigné la toile et la conscience collective à l’heure où le Premier ministre, Julien Nkoghe Bekale, a étrangement décidé de se lever contre la corruption après avoir côtoyé des présumés corrompus en déclarant que « C’est l’impunité qui compromet le plus le développement et le progrès de notre pays ». A André Patrick Roponat de traduire en acte la volonté du Chef du gouvernement. 

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Street 103 Gabon Gmt