mardi,16 août 2022
AccueilA La UneGabon: seuls les bacheliers avec 10 de moyenne minimum en Tle auront...

Gabon: seuls les bacheliers avec 10 de moyenne minimum en Tle auront la bourse

Ecouter cet article

Le ministre de l’Enseignement supérieur a, à l’occasion des questions orales au gouvernement, rappelé le cadre applicable pour l’octroi des bourses d’études au supérieur. Faisant le point sur le décret 148, le Pr. Patrick Mouguiama Daouda a indiqué que seuls les bacheliers âgés de 22 ans, au plus au moment du dépôt de la requête et ayant obtenu 10 de moyenne minimum en classe de terminale, bénéficieront de cette allocation d’études.

Sujet alimentant les débats houleux dans l’opinion publique, l’octroi des allocations d’études aux apprenants admis au baccalauréat a été éclairci par le ministre de tutelle. Présent devant les parlementaires pour répondre à l’interrogation de l’honorable députée Angélique Ngoma, le patron de l’Enseignement supérieur dans notre pays a mis un terme aux spéculations autour de cette question en précisant que la bourse ne reviendrait qu’aux plus méritants au sens du gouvernement.

« Le décret 148 pris en juin 2021 est le seul qui régit l’attribution et la suppression de la bourse conformément aux priorités du gouvernement. Aujourd’hui, les autorités ont vu qu’il y avait une augmentation de la masse, donc nous sommes revenus à un système qui nécessite 22 ans d’âge au moment de la demande et 10 annuel en classe de terminale » a indiqué le Pr. Patrick Daouda Mouguiama. Pour ce dernier, rectifier le tir vise à ce que la bourse « retrouve sa valeur vertueuse ». 

Par ailleurs, le membre du gouvernement n’a pas manqué de souligner l’intérêt de rationaliser l’attribution de la bourse. Pour le Pr. Patrick Mouguiama Daouda, les quelque 38.699 étudiants accompagnés obèrent les dépenses publiques. À défaut d’opter pour la suppression, l’État a donc choisi de revenir à un cadre normatif strict qui pourrait, in fine, limiter le nombre de personnes éligibles à cette allocation d’études.

Plus encore, le ministre de l’Enseignement supérieur a clairement expliqué aux représentants du peuple que cette décision vise le retour à l’excellence scolaire mais également la mise en place de critères d’assiduité pour les futurs bénéficiaires. Une chose semble d’ores et déjà sûre, c’est que ce rétropédalage pourrait susciter un tollé général au sein de l’opinion. Pourtant, à y regarder de près, cette mesure devrait pousser les apprenants à redoubler d’efforts afin de mériter cet accompagnement de l’État. 

Pour ce faire, il revient à l’État d’améliorer les conditions d’apprentissage au sein des établissements scolaires de tous les niveaux. Doit-on rappeler que l’école gabonaise reste encore marquée par de nombreux dysfonctionnements. Au nombre desquels les effectifs pléthoriques, les grèves et l’obsolescence des structures éducatives. En province, des apprenants finissent leur premier cycle sans professeur dans des matières de base telles le Français voire les mathématiques. Des préalables à la mise en œuvre de ces réformes « impopulaires ».

Andy Marvine Nze
Andy Marvine Nzehttp://gabonmediatime.com
Fils de Lambaréné, passionné d'écriture et féru des réseaux sociaux, qui a à cœur d'informer sur l'actualité gabonaise et internationale. Avant j'étais chef de classe, maintenant je suis titulaire d'un Master en Sciences Politiques et relations internationales

Laisser un commentaire

1 Laisser un commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Parfait Chrystin OTOGHE ELLA
Parfait Chrystin OTOGHE ELLA
26 juillet 2022 à 21h20min 21 h 20 min

Parce que nous qui sommes devenus aujourd’hui des ingénieurs, ont avait 10 de moyenne en Tle?

Global Media Time Gif
Nouvel Album de l'artiste RODZENG
Enami Shop
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x