mercredi,28 juillet 2021
AccueilA La UneGabon: Serge William Akassaga appelle à une mairie républicaine

Gabon: Serge William Akassaga appelle à une mairie républicaine

Ecouter cet article

C’est par le biais d’une publication faite le jeudi 15 juillet 2021 sur son compte officiel Facebook que Serge William Akassaga Okinda, 1er maire adjoint de la commune de Libreville a adressé ses vœux les meilleurs à l’édile de cette municipalité. Occasion pour ce dernier d’appeler Christine Mba N’dutume à une gestion « républicaine » de la mairie centrale loin des spectres des maux qui ont mis à mal l’égalité des chances.

La mairie centrale de la commune de Libreville a depuis quelques jours une nouvelle édile en la personne de Christine Mba N’dutume. La deuxième femme à occuper le prestigieux poste de maire de la capitale politique du Gabon après l’actuelle Première ministre Rose Christiane Ossouka Raponda, incarne donc l’espoir des populations mais aussi des autorités municipales témoins impuissants des dérives en tous genres.

C’est dans cette logique fraternelle que Serge William Akassaga Okinda, 1er maire adjoint de la commune de Libreville a loué le choix du Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba envers Christine Mba N’dutume à la tête du Conseil municipal de la Commune de Libreville. Ce dernier en a profité pour attirer l’attention de la nouvelle mairesse sur les attentes des administrés afin de redorer l’image de leur institution.

« Madame le Maire, le blason de notre Municipalité n’attend pas moins de l’édile que vous êtes désormais, que la mobilisation sans exclusive ni marginale, des acteurs politiques et administratifs en l’occurrence autochtones et flottants , pour une restauration à l’unisson des lettres de noblesse de l’Hôtel de Ville de Libreville »,a indiqué Serge William Akassaga Okinda.

Le 1er maire adjoint de la Commune de Libreville a appelé à une gestion orthodoxe dans un esprit Républicain de la mairie centrale. « L’égalité des chances étant, une réconsidération à propos de la population non moins stratégique, accessoirement dite flottante, et trop souvent laissée-pour-compte, en appelle à notre responsabilité républicaine », a-t-il conclu. Une invite qui tombe à point nommé tant les évictions de Léandre Nzué et Eugène Mba, ont laissé des traces quasi indélébiles sur le blason de cette administration. Vivement qu’elle s’y imprègne.

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )