Gabon: la sensibilisation au paludisme au coeur de la 6ème édition du Festival Masuku Nature & Environnement

Annonce de la programmation du Festival Masuku, Nature & Environnement © GMT

En prélude à la 6 édition du Festival de film de Masuku qui se déroulera du 6 au 10 décembre à Franceville dans la province du Haut-Ogooué et le 11 décembre à Libreville, la déléguée générale du festival Masuku Nadine Otsobogo a procédé ce mardi 6 octobre à la présentation de sa programmation. Ainsi, au cours de cet événement international dont le thème est l’Eau il sera question de sensibiliser la jeunesse sur la thématique environnementale de l’eau et principalement sur l’insalubrité vecteur du paludisme.

Au cours de cette conférence de presse la déléguée générale du festival Masuku, Nature & Environnement, Nadine Otsobogo a tout d’abord tenu à remercier ses différents partenaires notamment Amazing Gabon, Even’s Consulting, mais aussi la délégation du Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP). Dans la foulée, la presse nationale et internationale a eu droit à une séance de projection du film Malaria Business, présenté hors compétition, du réalisateur belge Bernard Crutzen, axé sur la sensibilisation contre le paludisme.

Axée autour de l’eau cette année, l’événement verra la participation de nombreux cinéastes africains et européens. En effet, parmi les 19 films présentés, il y aura par exemple Mindoubé-Le droit de respirer un air pur du gabonais Ferdinand Ditengou Mboumi, Quand la mer avance du Togolais Fabrice Hlomador, Kukurer Poti du Bangladais Ariful Islam ou encore A day in the park de l’espagnol Diego Porral.

Lors de son allocution, qui s’est faite en présence du directeur du Programme national de lutte contre le paludisme, Safiou Abdou Razack, la cinéaste a rappelé que la protection de la nature était d’une importance capitale dans la mesure où l’eau qui est le thème de cette édition est un vecteur de santé comme de maladie. En effet, l’insalubrité et les eaux malpropres, qui sont au centre des films présentés, sont des vecteurs de maladie dont principalement le paludisme.

« On sait tout simplement que le palu est lié à l’environnement. Un environnement insalubre amène le paludisme qui tue plus que la tuberculose. On avait vraiment envie d’avoir ce volet social là, donc nous avons pris attache avec le programme national de lutte contre le paludisme. Notre but est de sensibiliser via le cinéma, via l’image», a souligné Nadine Otsogobo.

Le responsable du PNLP n’a d’ailleurs pas manqué de saluer l’initiative prise par le festival en associant la question de la sensibilisation contre le paludisme.  « Un tel festival lié au paludisme est une tribune pour nous, car la lutte contre le paludisme nécessite une prise de conscience d’autant plus que cette endémie tend de plus en plus à être banalisée», a expliqué le docteur Safiou Abdou Razack.

Laissez votre commentaire