Gabon: le secteur portuaire de plus en plus compétitif

New Owendo International Port © GMT

À très fort potentiel, notamment dans la sous région Afrique centrale, où Cameroun, Congo, GuinéeEquatoriale se livrent une lutte acharnée, le secteur portuaire gabonais est en plein essor. Conscient de l’enjeu que représente le fait d’avoir un port à la fois moderne et performant, le Gabon avec le concours de la multinationale Olam, s’est investi.

C’est une lutte sans merci dans ce secteur actuellement, à coups d’investissements estimés à plusieurs milliards de Fcfa, les États de la communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC) se sont investis dans la construction, l’équipement et surtout la modernisation de structures et infrastructures portuaires en vue de les rendre plus viables.

En effet, pour ce qui est du Gabon, ce sont pas moins de 408 milliards de Fcfa (622 millions d’euros) qui ont été investis en trois ans afin de doter le pays de ports aussi compétitifs que ceux de ses voisins. Car, au regard des ports de Kribi et Douala au Cameroun, Pointe Noire au Congo et Malabo en Guinée Équatoriale, la tendance est parfois au gigantisme.

Si l’investissement est colossal, l’impact sur l’économie est indéniable, au regard des chiffres du secteur après la construction du New Owendo International Port (NOIP) et son port minéralier. Ainsi, entre 2016 et 2017 ce sont pas moins de 7,6 millions de tonnes de marchandises qui ont été traitées en hausse de 30%, et 600% d’augmentation des exportations d’huile de palme.

A noter que le dispositif portuaire gabonais a pu être mis à jour et modernisé avec le concours de la multinationale singapourienne Olam, qui à l’issue d’un partenariat publicprivé (PPP) a investi  la bagatelle de 398 milliards de Fcfa (607 millions d’euros) dans la construction et la modernisation de ces infrastructures.

Laissez votre commentaire